Assurances animaux avis

Depuis quelques années, nous voyons fleurir un nouveau type de contrat d’assurance dans les foyers français, les assurances pour animaux. Et, en règle générale, les assurances pour tous les animaux de compagnie. Nous ne pourrons pas dans cette page reprendre tous les contrats des différentes compagnies ou mutuelles d’assurance s’étant porté sur le marché. De fait, nous nous contenterons de verser ici une liste non exhaustive contrats créés pour protéger nos fidèles compagnons, avec ou sans poils. Mais partez du principe que dorénavant, l’assurance animaux est disponible chez presque tous les assureurs.

L’assurance animaux, pourquoi ?

Mais la première question que l’on est amené à se poser concernant ce nouveau type de contrat, c’est pourquoi ? Pourquoi assurer nos animaux, par exemple nos chats ? La réponse contient essentiellement deux raisons ; les dommages subis par un chien par exemple, peuvent coûter très cher et il y va de la santé de nos animaux, véritables membres de notre famille ; les dommages causés par notre animal de compagnie peuvent également revenir à cher. Imaginez que votre chien s’échappe de votre terrain et aille faire un tour dans le poulailler voisin, voire qu’il entre dans une maison voisine et qu’il s’y sente suffisamment bien pour l’agencer à sa guise…

Vous serez alors réellement contents de pouvoir trouver une compagnie d’assurances qui puisse vous venir en aide, financièrement parlant. Pour autant, et même si le phénomène gagne du terrain, on estime à moins de 10 % les possesseurs d’animaux de compagnie qui ont assurés leur compagnon en France. Contre plus de 80 % en Suède par exemple. Pourtant, le prix des visites chez le vétérinaire et les opérations font facilement exploser un budget familial. Constatez plutôt ; une simple consultation coûte autour de 50 €. Idem pour un vaccin ou un rappel. Mais une hospitalisation est tarifée entre 300 et 1 000 € et une fracture peut revenir facilement à plus de 700 €.

Assurances chats
Assurances chiens

L’assurance animaux, quelles garanties ?

Comme nous l’avons exprimé plus haut, l’ assurance animaux sert avant tout à protéger nos animaux des accidents ou maladies qu’ils pourraient avoir ou contracter et des dégâts qu’ils pourraient causer. On trouve ainsi de multiples garanties et certains assureurs, à l’instar du courtier ECA n’hésitent même plus à parler de mutuelle santé pour chiens.

Les garanties couvrent donc les hospitalisations, les opérations, la stérilisation, les soins de base, les vaccinations, les échographies éventuelles ou autres utilisations de matériels médicaux tels que les scanners ou les radios. Sans oublier, bien sûr, une responsabilité civile. Ensuite, c’est le niveau des garanties choisies qui définira le montant de vos cotisations. Plus le niveau de remboursement est élevé, et plus la prime est onéreuse. Il ne vous reste plus qu’à définir quels sont les besoins réels de votre animal, en fonction de son âge, de sa race, de son sexe et de l’espace dont il dispose et des dangers auxquels il est confronté. Même si les compagnies d’assurance présentent en règle générale trois niveaux de garantie, déclinés en trois formules (basique, intermédiaire et confort), l’assurance santé pour animaux doit rester quelque chose de construit sur mesure.

 

Quelles compagnies d’assurance ?

Sans faire une liste exhaustive de toutes les compagnies Françaises (et pas Suédoises…) qui ont intégré l’ assurance animaux dans leur offre, voici quelques noms d’assureurs que vous retrouverez dans nos pages :

La liste est non exhaustive et il se peut que votre établissement bancaire vous soumette dorénavant ce type de contrat. De surcroît, si la majorité des compagnies d’assurance se limitent à l’assurance des chiens et des chats (les assurances pour les chevaux rentrant généralement dans le cadre d’une option du contrat d’assurance habitation pour une part et de contrats spécifiques d’autre part) ; certaines poussent le concept plus loin, et garantissent aussi d’autres animaux. Les rongeurs, les hamsters, les lapins ont, entre autres, leurs contrats bien à eux.

 

Le cas des NACs

Certains pourraient se demander ici ce qu’est un NAC. Un NAC, c’est simplement un Nouvel Animal de Compagnie. C’est-à-dire un compagnon plus rare, comme un chinchilla, un furet, un perroquet, des poissons, un amphibien, un reptile, voire un insecte ou un arthropode. Les NACs sont de plus en plus nombreux en France. On en compte pas moins de 2,8 millions. Et les soins à leur porter sont les mêmes (ou presque) que ceux à apporter aux chiens ou aux chats.

Toutefois, vous vous doutez bien que tous les assureurs ne se sont pas encore intéressés au sujet. Ces derniers sont déjà tellement en retard sur la simple assurance animaux, les NACs, c’est encore loin. Mais on y arrive. Et lorsque votre banquier ou votre assureur vous propose de souscrire une police d’assurance animaux, demandez-lui quels animaux il assure. Car l’assureur peut tout à fait refuser d’assurer votre animal.

Chez les spécialistes de la question, SantéVet assure presque tout le monde. Les reptiles, insectes, arthropodes et autres amphibiens ne trouvent malgré tout pas grâce à ses yeux. Mais tous les rongeurs et petits carnivores trouveront de quoi être pris en charge jusqu’à 85 % des frais engendrés. Malheureusement, et malgré les nombreux sites visités, il apparaît que les assureurs ne se précipitent pas sur les contrats pour serpents ou autres mygales que vous garderiez dans votre terrarium. Pour ces animaux là, la France de l’assurance ne semble pas encore prête…

 

Les assurances cheval

Dans cette catégorie, le choix est bien plus vaste. Il faut dire que les particuliers possédant un cheval en France sont de plus en plus nombreux. Mais en général, seules les catégories socioprofessionnelles les plus aisées peuvent se le permettre. Des CSP qui intéressent forcément plus les assureurs, car ayant un pouvoir d’achat bien plus important. Ainsi, FrCourtage assurance chevaux s’est spécialisé dans le courtage d’assurance pour les chevaux. Et tout est disponible :

  • L’assurance chevaux à proprement parler, comprenant la responsabilité civile du propriétaire, la responsabilité en action d’équitation, la mortalité, le vol, les transports, les frais vétérinaires, etc ;
  • L’assurance cavaliers, incluant le décès, l’invalidité mais également les ITT (incapacité temporaire de travail), les indemnités journalières, voire la rente d’invalidité ;
  • L’assurance « professionnel du cheval », garantissant l’élevage, les transports, la pension, les concours, la multirisque professionnelle et l’assurance spécifique centre équestre. Ce dernier “package” assurant aussi bien les élèves que les bâtiments ou les matériels.

Mais là où les assureurs font fort, c’est qu’ils proposent tous de souscrire directement en ligne. Cheval Assur, qui peut également assurer les maréchaux ferrants, nous suggère de passer par le net pour souscrire. Cavalassur nous permet d’obtenir un devis en ligne en quelques clics à peine. L’image de la cavalière avec son smartphone est d’ailleurs très parlante à ce sujet. Quant à Equitanet, il garantit le devis en 1 minute chrono.

On ne l’aurait peut-être pas pensé de prime abord, mais la concurrence fait rage dans le milieu des assurances chevaux…

 

En résumé,

Ce qu’il faut retenir de l’ assurance animaux, c’est qu’elle va doucement s’installer dans notre paysage. Si le marché des chevaux reste un cas à part, les chiens et les chats sont plus nombreux chaque année à pouvoir jouir d’une mutuelle santé pour animaux. Car au final, il s’agit bien d’une assurance santé, totalement pensée pour nos animaux de compagnie. Reste le cas des NACs. Si certains sont effectivement pris en charge (on pense avant tout aux rongeurs, aux oiseaux et aux petits carnivores du type furets), nombreux sont ceux qui ne trouvent pas encore d’assurance à leur santé. Il semble encore difficile de trouver un contrat qui assure une mygale, un serpent, un lézard ou un insecte. Mais gageons que le futur nous réserve quelques surprises à ce sujet.