Bourse en ligne

inverstir sur la bourse en ligneLe monde boursier n’est pas forcément le plus simple à appréhender, comme si tout était fait pour rendre les choses complexes et entretenir ainsi un flou artistique permanent justifiant primes et aides facturées, voire nous détournant de ce grand marché sur lequel seuls les grands initiés peuvent se rendre. La démultiplication des produits, la complexité des montages, le risque encouru quant à nos deniers chèrement gagnés… Tout cela fait de la bourse un monstre qui n’inspire pas réellement confiance. Et pourtant, toute notre économie occidentale est basée sur ce mot : la bourse.

Raisonnons par l’absurde. Dans l’absolu, en cas de grand chaos boursier, l’argent ne vaudrait plus rien. Y compris l’argent de ceux qui n’investissent jamais en bourse… Donc, quitte à tout perdre, autant jouer, non ? Parce que cela pourrait permettre de gagner aussi.

Ainsi, il existe différents profils d’investisseurs. Selon les sommes engagées, bien sûr, mais surtout selon le degré d’agressivité. On peut tout à fait quadrupler le taux de son livret en misant quelques économies sur les marchés, et sans pour autant prendre énormément de risques.

Et il faut avouer que les banques en ligne, qui s’avancent comme d’éminents spécialistes vulgarisateurs du monde boursier, ont tout en main pour séduire les hésitants. En fait, c’est bien, la première fois dans l’histoire de la banque que la bourse est aussi démocratisée, aussi proche du quidam. On pourrait presque la toucher, si nos doigts pouvaient traverser l’écran de nos ordinateurs…

Reste à voir comment. Et c’est bien là le but des banques en ligne ; rendre la chose simple, concurrentielle et efficiente malgré tout. Et c’est ce que nous allons vérifier ici. Néanmoins, la bourse offre tant de possibilités que nous nous limiterons à certains produits, ou certains accompagnements. Et pour commencer, familiarisons-nous avec les termes usités dans le petit monde de la bourse.

Compte titre : Le compte-titre est un compte de dépôt entièrement dédié aux valeurs dites mobilières (SICAV, fonds de placement, actions, obligations…) et sur lequel transite toutes les opérations liées à ces valeurs (versement de dividendes, achat, cession…). Si, autrefois, les échanges étaient matérialisés, ce n’est bien sûr plus le cas aujourd’hui. Les titres ne sont donc plus émis ou stockés physiquement, mais sont simplement le fait d’un jeu d’écriture.

Cliquez ici pour découvrir Binck – 1€ par ordre avec le code 1EUR-0317

 

PEA : Plan d’Epargne en Action. Le PEA n’est ni plus ni moins qu’un compte titre, mais présentant quelques particularités liées à sa fiscalité. En effet, il fut créé en 1992 dans le but d’inciter les Français à investir en bourse. Sur le principe, le PEA est éligible à presque tous les produits présents sur le marché dans une limite de 150 000 € de plafond de versement. La seule contrainte est que les entreprises émettrices de titres soient bien soumises à l’impôt sur les sociétés et disposent d’un siège dans l’Union Européenne, en Norvège ou en Islande. Par contre, toutes les offres dites « à découvert » sont exclues de l’investissement du PEA. On sort donc les options et les produits dérivés tels que les warrants.

Depuis le 1er janvier 2014, il existe également les PEA-PME, régies de la même façon mais avec un plafond de 75 000 €.

 

Quelle différence entre un compte-titre classique et un PEA en terme de fiscalité ?

Dans le cas d’un compte-titre classique, les plus-values sont taxées au taux marginal d’imposition moins un abattement pour durée de détention. Cet abattement est de 50 % si la détention des fonds a duré plus de 2 ans, et de 65 % si elle est supérieure à 8 ans.
Dans le cas d’un PEA, les plus-values sont défiscalisées entièrement pour peu que l’investisseur conserve les fonds sur le PEA pendant 5 ans. Les dividendes versés sont également exonérés d’impôts. Donc, au bout de 5 ans, seuls les 15,5 % de prélèvements sociaux s’appliquent. Néanmoins, tout retrait d’argent durant une période de 8 ans à compter de la création du PEA entraîne la clôture du compte. Passé ce délai, il est possible de retirer sans clôturer le compte, mais plus aucun versement n’est possible.

Cliquez ici pour découvrir Binck – 1€ par ordre avec le code 1EUR-0317

Petite précision pour ceux qui détiendraient déjà un PEA, les taux des prélèvements sociaux appliqués sont ceux en vigueur au moment où la plus-value a été réalisée et non pas au moment du retrait. C’est ce qu’on appelle le système des taux historiques. De même, c’est la date d’ouverture du PEA qui entre en compte dans le calcul de l’exonération, pas la date d’achat des titres.
Autres termes rencontrés sur les sites des banques en ligne :

lexique-bourseOPCVM : Organisme de Placements Collectif en Valeurs Mobilières. Il s’agit d’un portefeuille dont les fonds sont placés sur des valeurs mobilières. Il en existe de différents types : OPCVM actions (qui doit détenir au moins 60 % d’actions), OPCVM monétaires, obligataires, de fonds alternatifs…

OPCI : Organisme de Placement Collectif Immobilier (non côté). Le principe juridique est le même que précédemment. Il est obligatoirement géré par une société de gestion de portefeuille agréée et doit détenir au moins 60 % de valeurs immobilières et 10 % de trésorerie.

FCPI : Fonds Commun de Placement dans l’Innovation. Un FCPI est un OPCVM permettant le capital-investissement dans des PME innovantes et non cotées. Attention, les PME cotées sur Alternext ou sur le marché libre sont considérées comme non cotées dans le cadre d’un FCPI.

SCPI : Société Civile de Placement Immobilier. Il s’agit d’une structure permettant l’investissement collectif sur l’immobilier à vocation professionnelle. Produit à rendements toujours intéressants.

Unités de comptes, ou UC : Standard utilisé pour évaluer la valeur des flux ou des stocks concernant les biens, les services ou les actifs. Pour exemple, et bien que toutes les UC ne soient pas de la monnaie, la monnaie est une unité de compte.

SICAV : Société d’Investissement à Capital Variable. Les SICAV font partie de la famille des OPCVM. Elles ont pour but de mutualiser les risques et les bénéfices d’un investissement en valeurs mobilières (actions, obligations…) et/ou d’autres instruments financiers. Une SICAV dispose d’un statut juridique particulier, d’une personnalité morale et d’un conseil d’administration. Il peu en exister de différentes sortes.

FIP : Fonds d’Investissement de Proximité. Pour au moins 70 %, les investissements de ces fonds doivent obligatoirement être réalisés dans des PME Françaises dont le siège se situe dans 4 régions limitrophes.

bourse en ligneTracker : Il s’agit d’un fonds de placement en valeurs mobilières qui reproduit un indice boursier. De cette façon, la gestion se faisant passivement mais étant en capacité perpétuelle de copier un indice précis, prédéfini, l’investisseur fait l’économie d’un trader.

Warrant : Un Warrant est un produit boursier à effet de levier. Il s’agit d’un contrat spécifique permettant à celui qui le détient de vendre ou d’acheter un actif à un prix déterminé à l’avance, à une date d’échéance programmée (pour les Warrants Européen) ou jusqu’à la date de l’échéance (pour les Warrants Américains). Par exemple, le prix et la date de vente étant fixés à l’avance par contrat sur un actif précis, il ne reste plus à l’investisseur qu’à acheter l’actif au bon moment pour réaliser une plus value, qui sera amplifiée par le contrat.

Action : Une action n’est rien d’autre qu’un titre de propriété émis par une société de capitaux. Détenir une action, c’est détenir une fraction du capital de ladite société, et être actionnaire.

Obligation : Une obligation est un titre de créances. Posséder une obligation, c’est posséder une partie de la créance relative à un emprunt.

Cliquez ici pour découvrir Binck – 1€ par ordre avec le code 1EUR-0317

 

La bourse en ligne.

apprendre la bourseMaintenant que nous avons défini une partie du vocable propre au monde boursier, nous allons regarder de plus près quelles sont les propositions faites par les banques en ligne. Nous ne rentrerons pas dans le détail de tous les produits boursiers, mais simplement comparer les offres des différents établissements bancaires selon un critère particulier : les frais. Un des meilleurs courtier du moment est Binck qui dispose d’un ordre à 1€ avec le code 1EUR-017, cliquez ici pour plus de détails sur l’offre.

En effet, toutes les banques en ligne (ou presque) proposent à leurs clients d’ouvrir des comptes-titre. Qu’ils s’agissent de comptes-titre libre ou de PEA (voire de PEA-PME), les banques en ligne associent à ces produits des profils de gestion allant de totalement libre à une gestion intégralement sous mandat, avec plus ou moins d’échelons entre ces deux modes.

L’autre point important, outre le nombre et la qualité toute subjective des fonds choisis, ce sont les outils mis à disposition par les banques pour permettre à leurs clients de réaliser leurs opérations boursières.

Malheureusement, il nous est difficile de donner plus d’informations concernant certaines banques. e.LCL décline ses produits et ses espaces spécifiques ; un espace bourse pour les néophytes, ou un espace bourse expert pour les plus connaisseurs. Elle nous propose en sus un PEA et un PEA-PME. Le seul hic, c’est que n’avons que très peu de détails (comme d’habitude) et que ces produits sont à souscrire en agence physique. En fait, il s’agit des produits LCL simplement affichés sur le site du e.LCL.

Idem pour la l’agence en ligne de BNP Paribas. On sait que l’on peut ouvrir un compte-titre, un PEA et un PEA PME. La tarification est clairement affichée et de nombreux outils sont disponibles. De plus, il est possible d’échanger avec un conseiller via webcam, au besoin.

Monabanq n’est pas plus explicite sur la question. On peut ouvrir un compte titre et avoir accès à différents choix selon notre profil. C’est bien, mais on aurait aimé un peu plus…

Hello Bank nous fait la promotion du PEA et nous vante les mérites du CIF (Compte d’Instruments Financiers). Mais nous n’en saurons pas plus non plus…

Il nous reste alors nos 4 spécialistes du placement. Les 4 banques en ligne qui ont d’abord commencé par le placement avant de devenir gestionnaire de comptes courants ; Fortuneo, Boursorama Banque, ING Direct et BforBank.

fortuneo-banque logo 200x200 Fortuneo, dans son style clair et direct, nous affiche directement le programme : 0 € de droits de garde, des outils de gestion en temps réel gratuits pour tout le monde, et des tarifs en fonction du profil d’investisseur : https://www.fortuneo.fr/bourse/tarifs. En somme, c’est du presque sur mesure. L’offre de fonds est conséquente (plus de 9 000) et variée et le mode de gestion est au choix du client entre la gestion libre, la gestion conseillée et la gestion sous mandat. Les voici dans le détail : https://www.fortuneo.fr/bourse/mode-gestion.


boursorama carre_200x200Boursorama Banque
met l’accent sur le prix : pas de frais de garde, pas de frais d’entrée et sur la mobilité avec une application dédiée. Mais le plus de Boursorama Banque, c’est l’information de son portail et l’accès à tous les services exclusifs, réservés aux clients. Bien entendu, la palette de fonds et de titres est très large et la banque se propose même de faire voyager ses clients jusque sur les fonds Américains. Les tarifs sont très compétitifs : comme vous pouvez le voir. Ils rivalisent largement avec la concurrence. Bien sûr, l’abonnement au service de bourse en ligne est gratuit, lui aussi.

logo-ING-direct 180x180Les frais semblent légèrement supérieurs chez ING Direct, mais la formule tarifaire est différente. Ce qui ne permet pas vraiment de comparer avec ses concurrents. Par exemple, Fortuneo et Boursorama Banque proposent 4 profils d’investisseurs et 4 tarifs liés. Chez ING Direct, pas de profils, juste des frais de courtage associés à des montants. C’est tout. En voici le détail : http://www.ingdirect.fr/bourse/tarifs/. Comme à son habitude, la banque Orange va au plus simple, au plus clair et au plus rapide. Le point commun avec les 2 autres banques déjà évoquées, ce sont les frais de garde, d’abonnement ou de tenue de compte, qui sont égaux à 0 €.

 

logo bforbank 200x200BforBank adopte un peu la philosophie d’ING Direct dans sa présentation tarifaire. Il y a un tarif pour les ordres passés sur les marchés Français, et un autre pour les marchés étrangers. Ils sont détaillés sur cette page. Mais il n’existe pas de différenciation faite entre différents profils d’investisseurs. Là non plus, pas de frais de garde, d’abonnement ni de tenue de compte, et des outils parfaitement adaptés au suivi en ligne en temps réel.

 

 

Pour conclure sur ce sujet, on dira que 4 banques sont au point : ING Direct, Fortuneo, BforBank et Boursorama Banque. Pour les 4 autres, non pas qu’elles ne soient pas efficaces ou crédibles dans leur démarche, mais le manque d’information est trop criant ou la gestion ne se fait pas vraiment en ligne. Difficile de savoir ce qu’elles ont vraiment dans le ventre.

Pour les néophytes, Boursorama Banque et Fortuneo, grâce au développement de leurs différents profils (en de nombreux points semblables d’ailleurs, tarifs, montants et critères) semblent plus à mêmes de les accueillir. Et ils restent tout autant efficaces et complets pour les amateurs éclairés. ING Direct et BforBank paraissent s’adresser directement à ces derniers, même si ING Direct fait un gros effort en direction des débutants avec une offre réduite mais très pédagogique.

 

Débutant ?

Boursorama

Fortuneo

 

Amateur ?