• Home
  • Notre avis sur les cartes bancaires prépayées

Notre avis sur les cartes bancaires prépayées

Depuis quelques années nous voyons internet et nos boites mail envahis de publicités pour des cartes bancaires d’un nouveau genre, la carte bancaire prépayée , ou rechargeable. Née à la fois de la technologie informatique et de la volonté affichée par les Etats occidentaux de réduire le stock de monnaie liquide au maximum, une carte bancaire prépayée a pour vocation de transformer les espèces en monnaie numérique. Ainsi, il est possible d’acheter en ligne avec ses espèces. Le site banquenligne.org a donc décidé de s’intéresser aussi à ces acteurs du marché bancaire en ligne. D’ailleurs, certaines de ces cartes bleues migrent doucement, mais très sûrement, vers la néobanque. On vous explique tout ça.

Qu’est ce qu’une carte bancaire prépayée ?

Comme nous l’avons mentionné en introduction, une carte bancaire prépayée ou carte bancaire rechargeable est une carte bleue classique (on en trouve de toutes les gammes, de la Mastercard classique à la Visa Infinite), utilisable dans tous les distributeurs et chez tous les marchands, physiques comme en ligne, et permettant de transformer son liquide en argent numérique. On pourrait débattre pendant des heures du fait que la dématérialisation de la monnaie suit un cours accéléré ces dernières années, et que ceci peut s’avérer très dangereux pour nous dans les années à venir. En effet, le jour où l’argent papier aura totalement disparu, comment ferons-nous face à une crise économique, en face d’ogres bancaires qui se serviront forcément les premiers sur nos comptes ?

Mais ce n’est pas le sujet de cette page. Et il faut reconnaître que sous certains aspects, la carte bancaire prépayée démontre de nombreux avantages :

  • D’abord, elle permet l’accès à la carte bancaire, et donc au paiement, pour de très nombreuses personnes privées de comptes bancaires ;
  • Ensuite, elle oblige à une responsabilisation devant la gestion du portefeuille, cette carte ne permettant pas le découvert ;
  • Enfin, elle garantit surtout la sécurité. Combien d’entre vous utilisant ces cartes, les approvisionnent suffisamment pour le week-end entre amis, pour le festival qui vient ou pour les vacances ? Un vol ou un piratage de cette carte n’entrainerait que des conséquences légères, à comparer du vol de votre carte bancaire classique, rattachée à votre compte en banque…

Ainsi donc, cette possibilité de changer son liquide en numérique sécurise nos transactions et nous incite à la prudence à l’heure de miser nos économies sur les sites de jeux et de paris en ligne. Car la principale source de partenariats de certaines cartes bancaires prépayées, c’est bien dans ce créneau là qu’on la retrouve. Neosurf ou Paysafecard poussent la chose encore plus loin en proposant d’acheter simplement un code à usage unique. Dès que le solde associé au code disparaît, le code cesse de fonctionner. Le vol devient alors très difficile, voire impossible.

Mais il y a une autre raison au fait que ces cartes fleurissent, celle de pouvoir faire passer du liquide dans le circuit bancaire. On pense aux étrennes par exemple, ou peut être à certaines factures réglées « hors taxes », voire à des ventes effectuées sur internet et qui trouvent ainsi un lieu d’accueil à leurs fruits ailleurs que sur Paypal. De fait, nombre de ces cartes étaient avant tout des cartes permettant l’anonymat le plus complet. Une façon de faire à nouveau entrer une petite part d’argent hors circuit dans le circuit. Car une fois votre carte bancaire prépayée anonyme remplie, vous pouvez payer avec partout. L’argent réintègre donc le circuit. Et force est de constater que notre PIB en a cruellement besoin.

 

Que dit la loi à propos de la carte bancaire prépayée ?

Le problème, c’est que le gouvernement a décidé de statuer sur ces cartes bleues. Et la loi en vigueur depuis le 1er janvier 2017 n’autorise plus autant de fantaisies anonymes. En effet, les utilisateurs anonymes sont particulièrement visés par cette nouvelle loi, en fixant des plafonds d’utilisation mensuelle, en recharge, en retrait comme en paiement. Pour un anonyme, il est donc désormais impossible de recharger plus de 250 € sur une carte bancaire prépayée par mois. De même, les paiements avec cette carte sont plafonnés à 250 €, et les retraits à 100 €.

L’autre cible clairement visée, ce sont les bureaux de tabac. Il faut dire que les points de vente de ces cartes sont en majeure partie les buralistes. Et eux, contrairement aux banquiers, ne sont pas dans l’obligation (et ne sot pas habilités surtout) à demander un justificatif de la provenance de l’argent liquide qui sert à payer la recharge. Or il à peu arriver que certains buralistes fassent des rentrées d’espèces assez impressionnantes. Malgré tout, rien d’illégal de leur côté. Ils ne font que vendre une recharge…

Pour tous les autres utilisateurs, c’est-à-dire ceux qui ont renseigné leur identité, rien ne change. Les plafonds dépendent des abonnements souscrits ou du type de carte bleue. Le but de la manœuvre est justement de lutter contre le blanchiment d’argent, voire contre le financement du terrorisme. Il est toujours plus simple d’envoyer une carte bleue par courrier qu’une liasse d’argent… Notez toutefois que cette loi ne s’applique qu’aux ressortissants français ayant acheté une carte bancaire prépayée sur le territoire français. Chez nos acteurs de la carte bancaire prépayée, c’est PCS qui paie le plus lourd tribut. Le site de la marque annonce à tous ses clients qu’ils doivent désormais s’identifier et fournir un justificatif de domicile pour conserver leur carte tels qu’ils l’utilisent aujourd’hui.

 

Comment fonctionne une carte bancaire prépayée ?

Le principe de fonctionnement est vraiment basique. Vous achetez une carte bancaire prépayée, en ligne ou dans un point de vente physique, vous rechargez à l’aide d’espèces, d’un virement bancaire ou d’un virement par carte, et vous n’avez plus qu’à utiliser. Après, il peut exister certaines différences notables entre les différents acteurs du marché.

 

Ceux qui ne délivrent que de l’argent numérique…

On l’a à peine évoqué plus haut, certains des opérateurs ne créditent pas une carte bancaire prépayée, mais ont pour but avoué de sécuriser les paiements en ligne. C’est le cas de Paysafecard, qui attribue un code à 16 chiffres, utilisable en une ou plusieurs fois. Neosurf fonctionne également pour partie de cette façon, en permettant à ses usagers d’utiliser directement le code fourni chez certains marchands en ligne. Ainsi, plus de risque de piratage de la carte bleue.

 

Ceux qui offrent une carte… Ou plusieurs…

Ce sont les plus nombreux. Dans les faits, à part Paysafecard, tout le monde octroie une carte bleue. Même Neosurf au final, puisqu’elle double sa proposition de code avec la carte Neocash. Mais l’un des plus gros acteurs de ce marché reste Skrill, l’anglais, qui assure une présence mondiale de ses services. De fait, Skrill s’est associé à Paysafecard et bénéficie donc de la sécurité développé par un des leaders mondiaux dans le domaine. Neocash aussi fait partie de cette catégorie, de ces acteurs qui n’offrent pas de compte. On entend par là, qu’elles ne mettent pas à disposition de leurs clients un RIB. Par contre, mentionnons Transcash, qui développe un concept particulier. En effet, Transcash octroi plusieurs cartes de crédit dans le même lot, chose très intéressante, à méditer même pour les associations.

 

Celles qui ouvrent un RIB ou un IBAN…

Doucement, ces opérateurs spécialisés dans la carte bancaire prépayée migrent vers la néobanque. En effet, à compte du moment où vous possédez un IBAN, vous possédez un compte bancaire. Ni plus, ni moins. C’est le chemin qu’ont pris Morning, N26, Lydia, voire PCS, le Compte Nickel ou encore Veritas. On fait un écart entre les deux catégories, parce que les secondes se classent encore dans a catégorie des « comptes sans banque ». Il s’agit bien de RIB, sur lesquels vous pouvez domicilier votre salaire, vos prestations sociales, mais également desquels vous pouvez virer vos prélèvements divers (énergie, téléphone, loyer…). Pour autant, il est difficile de les classer encore parmi les néobanques. Elles y vont tout droit, mais le simple RIB ne suffit pas tout à fait.

N26 et Lydia par exemple, optent pour des services plus complets, avec un IBAN (international donc) et un vrai code banque. De surcroît, ces comptes bancaires d’un nouveau genre, bien que fonctionnant comme des cartes rechargeables, offrent la possibilité à leurs clients de piloter directement leur carte bleue ; augmentation ou diminution des plafonds, activation ou désactivation de la carte bleue, choix du code à quatre chiffres, application de suivi du compte bancaire en direct, etc. Il existe donc bien une différence entre N26 d’un côté et Veritas de l’autre, par exemple.

 

Comment ne pas parler des cartes rechargeables ?

carte-skrill-prepayeeNous avons donc fait le choix de développer ce sujet au final pas assez connu. Outre les avantages que procurent ces cartes et la polémique qu’elles font naître autour de l’argent papier, elles ont pour mérite de soulever plusieurs lièvres. Si nos institutions bancaires et nos grandes enseignes étaient réellement si compétitives, comment ces produits pourraient-ils se trouver en si grande forme financière aujourd’hui ? Comment se fait-il qu’il n’y ait aucune autre solution d’éviter de payer trop de frais bancaires pour un ou une exclu(e) des banques ? Quelles indications nous donnent ces cartes bancaires d’un nouveau genre sur les avancées civilisationnelles et technologiques ? Est-il possible que la carte bleue vienne à disparaître définitivement pour laisser la place au paiement par téléphone, par adresse mail ou par sms ? Ce que permettent déjà de nombreux acteurs du marché…

Quoiqu’il en soit, nous avons donc commencé à aborder ce sujet en répertoriant celles qui nous semblaient être les plus importantes du marché. Mais si vous désirez que l’on se penche sur d’autres cartes bancaires prépayées, faites nous signe. Nous y regarderons de plus près, comme nous le faisons avec les banques en ligne, certaines banques de dépôt, les compagnies d’assurance et les néobanques. Nous avons recensé un peu moins de dix acteurs pour l’instant et nous vous laissons les découvrir sur les pages de ce site. Bonne lecture à vous.