Avis Crédit Coopératif

Parmi toutes les banques disponibles sur le marché, certaines développent une éthique différente des autres. Nous l’avions vu avec La Nef banque, par exemple. D’ailleurs, entre les fonctionnements de la Société Générale ou du LCL et ceux du Crédit Mutuel, il y a déjà un gap. De même, certains établissements ne travaillent qu’en ligne, quand d’autres n’ont pour seule activité que le crédit immobilier (Cf Crédit Foncier). Il existe donc toute sorte d’établissements financiers. Reste à savoir lequel choisir en fonction de ses besoins, et de son éthique personnelle. Le Crédit Coopératif fait justement partie de ces banques autoproclamées plus proches des besoins et des aspirations de ses clients. Voyons ce qu’il en est.

Le Crédit Coopératif, une banque engagée

 

 

 

top bel banque en lignePour commencer, qui est le Crédit Coopératif ?

Le Crédit Coopératif a d’abord été un acteur majeur de l’économie solidaire. En effet, dès sa création, qui remonte à la fin du XIXème siècle, elle était destinée à financer les coopératives. Pour faire court, le statut du Crédit Coopératif est le suivant ; société coopérative de images-iiiibanque populaire à capital variable. Dans les faits, les clients de la banque sont tous associés. C’est-à-dire qu’ils ont tous intérêt à ce que l’établissement tourne, puisque c’est le leur. Le capital étant apporté par les associés, il est donc, par définition, apporté par les clients de la banque.

Il s’agit donc à la fois d’une coopérative, selon la définition propre à ce type d’entreprises, et d’une banque, régie par le code monétaire et financier.  Le Crédit Coopératif est membre du groupe BPCE, sorte de fusion des caisses d’épargne et des banques populaires. A compter de ce regroupement en 2009, la BPCE devient d’ailleurs l’organe central du Crédit Coopératif, qui possède 1% des parts du groupe. Il existe bien d’autres établissements bancaires coopératifs en France. Très peu connus, ils exercent surtout localement. La particularité du Crédit Coopératif, c’est qu’il s’agit du seul établissement bancaire coopératif exerçant sur toute la France.

Le principe d’un tel établissement est justement de financer l’économie sociale et solidaire. Pour exemple, en 2013, 50% des 12 milliards d’Euros de crédits octroyés par le Crédit Coopératif l’ont été en direction des entreprises (pour la plupart coopératives, elles aussi), 41% sont allés en direction des associations ou services d’intérêts généraux. Pour finir, sachez que 66% des ressources de l’établissement sont issus des dépôts des clients. Ce qui représente un peu moins de 11 milliards d’Euros. La société financière de La Nef fait partie du groupe Crédit Coopératif, comme Bati Lease, Ecofi investissements, ou encore BTP banque.

Le Crédit Coopératif est ouvert aux particuliers seulement depuis 2001.

compte courant soonLes comptes bancaires.

Le Crédit Coopératif nous propose donc un compte à vue particulier, le compte Agir. Et le mot n’est pas vain. En effet, puisque chaque citoyen se doit de posséder un compte bancaire, autant que celui-ci serve à quelque chose. Et à quelque chose d’utile, tant qu’à faire. Le principe du compte Agir, c’est que les flux transitant sur votre compte serviront à financer des secteurs d’activité précis ; l’environnement, des actions pour une société plus juste et une autre façon d’entreprendre.

Comme nous l’avons expliqué plus haut, le Crédit Coopératif est capitalisé par les fonds de ses clients. Deux fois par an, la banque fait donc un bilan des fonds disponibles. Une partie des dépôts sert donc à combler (comptablement parlant) les comptes à découvert. Sur la somme restante, un quart est dédiée aux fonds propres. Les 75 % restants sont ensuite répartis pour le financement sur les secteurs d’activité cités plus haut. Pour le reste, le compte Agir est un compte à vue classique, avec la même disponibilité pour vos fonds déposés.

Pour la carte bleue, il en va de même. A chaque retrait, un minimum de 6 centimes d’Euros est versé à une association partenaire du Créditimages-iiiii Coopératif et choisie au préalable par le client. Pour chaque achat avec la carte, il est également possible de mettre en place un micro don. De cette façon, consommer reprend un peu plus de sens. Parmi ces associations, on retrouve ATD quart monde, solidarités nouvelles face au chômage, Aides, France nature environnement, Action contre la faim, Surfrider foundation ou encore Handicap International. Le Crédit Coopératif est donc un établissement bancaire engagé.

Côté tarifs, une carte bleue au Crédit Coopératif n’est pas plus chère que dans une autre banque de dépôt. Une Visa Classic est facturée 40 € à l’année, et la seconde carte pour un compte joint est à moitié prix. Bien sûr, cela ne rivalise pas avec les banques en ligne. Mais, quitte à rester dans une banque de réseau, et pour un tarif équivalent (voire légèrement inférieur. Rappelons-nous des tarifs du Crédit Du Nord…), nous pouvons avoir un impact réel, à notre échelle, sur le monde qui nous entoure.

D’autant que le Crédit Coopératif ne surfacture pas ses services. Les ouvertures et clôtures de compte sont gratuites, comme presque partout. Et l’abonnement aux services en ligne l’est également, pour peu que vous optiez pour le relevé de compte numérique. Pour le reste, il faudra prendre contact avec un conseiller en agence… Dommage. On aurait bien aimé en savoir plus sur les tarifs pratiqués.

Epargne et placements.

Le Crédit Coopératif distingue six catégories de placement et d’épargne.

L’épargne de précaution.

Dans cette catégorie, le Crédit Coopératif intègre les livrets. Et la banque en propose pas moins de 11 différents ! C’est son cœur de métier. Collecter des fonds pour pouvoir les prêter par la suite. Nous trouvons donc le livret A, le livret jeune, le LDD et le LEP (livret d’épargne populaire). Le livret Codevair, rémunéré à 0,25 % sert à financer des particuliers dans leurs quête d’équipements écologiques. Et il fonctionne comme tous les livrets. Ouverture, virement, clôture gratuits. Fonds disponibles. Ouvrable dès 10 €. Pour un plafond de 200 000 €.

indexLe livret Scoopy est à destination des moins de 12 ans. Il est rémunéré à 1,25% brut et, là encore, il a une véritable utilité sociale. De plus, pour tout compte ouvert, la banque verse 3 € par an à une association en faveur de l’enfance. Sitôt le 12ème anniversaire passé, les sommes conservées sur le livret Scoopy migrent vers le livret Epidor. Il s’agit d’un livret d’épargne classique, rémunéré à 0,10 %. Le livret Rev3 œuvre pour la région Picardie Nord-Pas-de-Calais. Il s’agit d’aider les entreprises innovantes de la région. Quant au livret Coopération pour ma région, il est destiné à soutenir l’économie sociale et solidaire de la région choisie par le souscripteur.

Pour finir, et en plus du compte à terme, le Crédit Coopératif dispose d’un livret Agir. Et ce dernier est assez particulier. Il est en effet convenu dès la souscription que la moitié des intérêts annuels perçus sur ce livret est versé chaque année à une association choisie par le souscripteur, parmi les 24 partenaires de la banque. La rémunération est de 1 % jusqu’à 15 300 €, puis de 0,10 ensuite. Et pour tous ceux qui douteraient de la générosité des Français, sachez que le Crédit Coopératif a pu ainsi reverser plus de 2 000 000 € aux associations en question rien que sur l’année 2016…

La diversification de l’épargne

Il est tout à fait possible de chercher à obtenir des rendements plus élevés (en prenant plus de risques donc), tout en respectant une éthique sociale et solidaire. Ainsi, le Crédit Coopératif propose une large gamme d’OPCVM et de FCP. Si certains sont dédiés à des placements sur des entreprises des pays du Sud, d’autres ont pour objet des entreprises désignées socialement responsables. C’est le cas de la gamme ISR, par exemple, pour laquelle l’horizon de placement est à 3 mois. Et, pour chaque gamme d’OPCVM, la banque vous soumet 3 profils types ; prudent, modéré et dynamique.

Le placement Agir avec la fondation Abbé Pierre est un FCP pour lequel 10 % des fonds placés, au minimum, sont destinés à des entreprises travaillant à des logements très sociaux. De plus, 50 % des revenus annuels sont reversés à la fondation Abbé Pierre contre le mal logement. Le FCP épargne solidaire aide les entreprises solidaires à se développer quand le FCP faim et développement agit plus en direction des pays du Sud. Vous l’avez compris, pas vraiment de boursicotage à hauts rendements ici. Mais une épargne utile socialement parlant…

Parmi les autres catégories développées par le Crédit Coopératif, vous trouverez évidemment l’épargne en vue d’investir dans une résidence principale (PEL et CEL) ainsi que les assurances-vie (classique et Agir), dans le but de transmettre son patrimoine. Puis, la banque solidaire fait un récapitulatif de tous ses produits d’épargne et de placement engagés. Pour finir, elle engage ses clients à s’intéresser à 6 plateformes de financement participatif : https://www.credit-cooperatif.coop/particuliers/particuliers/epargne-placements/la-finance-participative/cest-quoi-la-finance-participative.

credit en ligneLes crédits.

index-iiIci, on retombe forcément sur quelque chose de plus classique. Un prêt reste un prêt du point de vue du souscripteur. Et la banque ne vous propose pas de souscrire à un taux plus élevé pour pouvoir redistribuer une partie des intérêts à une association. La chose agréable, c’est qu’il n’est pas fait mention d’une dizaine de produits spécifiques dans les prêts non affectés. Un seul prêt à la consommation pour tous les besoins. Point. e.LCL ou la caisse d’épargne sont des spécialistes du prêt ceci ou du prêt cela. Et, quand on y regarde de plus près, tous ces emprunts aux noms différents reprennent bien souvent exactement les mêmes conditions. En fait, ils ne sont là que pour des besoins statistiques.

Le crédit consommation.

Le Crédit Coopératif opte donc pour la simplicité. Et, franchement, ça fait du bien. Les taux sont fonction de la durée du prêt, qui peut aller de 12 à 84 mois. Et l’enveloppe empruntable peut monter à 75 000 €. Ce qui laisse de la place aussi bien pour des travaux que pour une grosse voiture, voire un camping-car.

A côté de cela, on trouve un prêt étudiant, avec quelques caractéristiques intéressantes. Si l’enveloppe max est limitée à 24 000 € (avec un maximum de 8 000 € par année d’étude), le prêt comporte une franchise pouvant aller jusqu’à 60 mois. Vous avez donc 5 ans avant de commencer à rembourser votre emprunt. Et vous pouvez mettre entre deux et neuf ans à le rembourser. Ce qui laisse une grande souplesse dans les mensualités.

En plus de ces deux prêts, le Crédit Coopératif développe toute une gamme de prêts immobiliers. A commencer par le prêt dédié aux travaux. Valable aussi bien pour une résidence principale que pour une résidence secondaire ou un bien locatif, ce prêt peut courir jusqu’à 20 ans. Il se décline en deux produits ; l’un sur une durée courte pour de petits travaux (12 à 84 mois pour une enveloppe inférieure à 21 500 €), l’autre à durée plus longue pour de plus gros travaux (36 à 240 mois pour une enveloppe inférieure à 75 000 €).

Toutefois, si vous souhaitez effectuer des travaux « verts », vous pouvez bénéficier du prêt Prevair. Directement lié à l’épargne Ecovair et à l’effort des épargnants sur ce livret, il permet d’emprunter à un taux bonifié, plus bas que le taux courant. Où comment faire jouer la solidarité entre associés de la même banque… Ce prêt peut courir sur une durée de 15 ans pour un plafond d’emprunt à 75 000 €.

index-iiiLe crédit immobilier.

Avant de lister les prêts immobiliers disponibles, arrêtons-nous sur le prêt Eco-habitat. Il est possible de contracter ce prêt aussi bien pour une résidence neuve qu’ancienne. Mais à la condition que le logement rénové ou construit respecte une certaine qualité environnementale. Et, plus les matériaux utilisés sont respectueux de l’environnement, moins ils sont gourmands en énergie, et plus le taux du prêt baisse… Une prime à l’écologie réellement concrète pour le coup. La durée du prêt peut aller jusqu’à 25 ans, et le montant emprunté peut monter à 1 200 000 €. De quoi construire une belle maison éco-responsable et durable.

Quant aux prêts immobiliers, le Crédit Coopératif propose, outre le prêt à taux zéro et le PEL, un prêt immobilier classique, quoique très souple question mensualités, et un prêt relais en cas de chevauchement entre l’achat d’un nouveau bien et la revente du précédent. Du classique.

Conclusion.

Certes, en termes de tarifs, le Crédit Coopératif est plus proche des banques de réseau classiques que des banques en ligne. Mais la gestion est totalement différente. Ici, pas d’actionnaires autres que les clients eux-mêmes. Un client, une voix au conseil d’administration. C’est le principe de base d’une vraie coopérative. Pas d’actions cotées en bourse. Et une véritable éthique solidaire, sociale et environnementale. Pour une fois, notre argent ne sert pas à spéculer sur les marchés, mais bien à l’économie réelle et à la solidarité. Car c’est bien en multipliant les petites actions locales que les choses changeront. Il n’y a qu’à consulter les montants des collectes et redistributions effectuées parle Crédit Coopératif pour s’en convaincre. Quand les choses avancent dans un sens plus humain, c’est important aussi de le noter.

La coopération vaut toujours mieux que la compétition !