Notre avis sur Neosurf

Plus le monde bancaire se fait impitoyable, et plus de nouvelles solutions se font jour. C’est le cas de Neosurf par exemple, pas vraiment une carte prépayée, mais une solution plus qu’intéressante pour transformer ses espèces en argent numérique à destination des paiements sur internet. Voyons de plus près le fonctionnement de Neosurf.

Neosurf, comment ça marche ?

Neosurf, au départ, c’est simplement un code que vous achetez chez un revendeur, et qui vous permet d’acheter en ligne ou de déposer des fonds sur des sites de paris en ligne ou de jeux. Un ticket simple d’utilisation, recevable sur des centaines de sites marchands sur internet. Une solution parfaite quand on veut être sûr de maîtriser son budget.

Mais depuis quelques temps, Neosurf a lancé sa carte prépayée, Neocash, une carte Mastercard permettant le paiement en ligne aussi bien qu’en magasins physiques. Il ne reste plus qu’à recharger la carte pour l’utiliser. En bref, Neocash se présente donc comme une carte prépayée tout ce qu’il y a de plus classique de nos jours. La carte permet, outre le paiement et le retrait, le partage instantané d’argent avec d’autres titulaires vérifiés d’une carte Neocash.

De fait, pour recharger la carte, la création du compte Neocash est indispensable. Et, du fait des nouvelles lois encadrant les cartes prépayées en vigueur depuis le 1er janvier 2017, il est obligatoire de devenir client Premium pour partager de l’argent instantanément avec d’autres particuliers. Pour recharger, donc, trois options sont possibles :

  • En effectuant un virement depuis un compte bancaire ;
  • En effectuant un virement depuis une autre carte bancaire ;
  • En achetant un code Neocode dans un des 35 000 points de vente.

Attention, le code Neocode n’est pas le code Neosurf. Et les deux offres (Neosurf et Neocash) peuvent être souscrites indépendamment l’une de l’autre. Neosurf ne s’attache qu’aux paiements sécurisés sur internet, à l’instar de ce que fait Paysafecard par exemple, alors que Neocash obéit aux règles des cartes prépayées. Sachez toutefois que les codes Neosurf peuvent également servir à recharger la carte Neocash et d’autres cartes prépayées, comme Skrill.

 

Les tarifs Neosurf et Neocash.

Après cette introduction aux produits, voici donc le moment venu d’exposer les tarifs. Et attention la douche froide. Si les frais d’achat de la carte prépayée sont corrects, 14,90 € pour la carte purement anonyme comme pour la carte personnalisée, le reste est onéreux :

  • Un rechargement par carte bancaire vous en coûtera 1 € plus 1,5 % du montant rechargé ;
  • Un rechargement par virement bancaire subit exactement la même loi ;
  • Un rechargement en espèces par coupons Neosurf est facturé à 7 % ;
  • Un rechargement en espèces, via Neocode cette fois, peut être facturé entre 4 et 10 % !
  • Tout retrait en distributeur automatique de billets vous coûtera 2 € en zone SEPA et 3 € hors zone SEPA ;
  • Heureusement, les paiements sont gratuits en zone SEPA ;
  • Les frais de dossier administratif montent à 20 € ;
  • Des frais de tenue de compte ( ?!) sont facturés à 1,50 € par mois ;
  • L’activation du statut « vérifié » est aussi payante, à 5 €…

Bref, on est sensiblement au même point que PCS ou Veritas, c’est-à-dire cher. Très cher même si l’on regarde les fonctionnements de Skrill, de Paysafecard ou du Compte Nickel. Chez Neo, même le sms est payant à 20 centimes…

La seule chose positive au niveau des frais est à attribuer aux tickets Neosurf. Ces derniers s’achètent sans frais. Mais veillez tout de même à les utiliser avant 6 mois. Sans quoi, des frais de non activité vous seront retirés tous les mois, à hauteur de 2 €. Autre point intéressant : pour chaque achat, vous cumulez des Neomiles, le programme de fidélité ouvrant la porte à des cadeaux et/ou réductions chez des partenaires.

 

Conclusion.

Neocash-la-carte-de-credit-prepayee-de-Neosurf-1Encore une fois, le principe est intéressant ; permettre à tout un chacun de maîtriser sa gestion comptable en offrant des tickets ou des cartes prépayées à contenus limités. C’est très bien. Mais quand la simple recharge en espèces coûte aussi cher, on se demande pourquoi ne pas juste se responsabiliser et utiliser sa carte bancaire. Enfin, pour ceux qui disposent d’une carte bancaire.

Pour le reste, c’est très classique. On aimerait que ces cartes prépayées s’inspirent un peu plus de FinTech, et notamment des services proposés par Lydia ou N26, qui permettent de jauger directement sa carte bleue via l’appli, tant au niveau des plafonds de paiement et de retraits qu’au niveau des activations de carte. Malheureusement, Neosurf n’est pas une banque en ligne, et pas non plus (pas encore ?) une néobanque. On constate donc un véritable écart entre les cartes prépayées pures et les services qui s’appuient, en plus, sur un RIB ou un IBAN. Et force est de constater que, si Neosurf s’en tire vraiment bien, Neocash se révèle trop cher pour la contrepartie qu’il permet. Attention, nous comprenons ces coûts élevés, dus à la rémunération des intermédiaires, des propriétaires de Dab ou des banques émettrices de virement. Mais alors comment explique que le Compte Nickel facture les mêmes prestations de recharge beaucoup moins cher ?