Notre avis sur Paysafecard

Au fur et à mesure que l’argent se dématérialise et que les technologies progressent, de nouveaux acteurs du marché bancaire envahissent le marché. De fait, les opérateurs présentant la possibilité de payer en argent numérique se multiplient à vue d’œil. Rien qu’en France, on compte un minimum de 24 acteurs différents sur le marché des cartes prépayées. Bien que la majorité d’entre eux migrent tout doucement vers la néobanque, c’est-à-dire vers la mise en relation d’une carte prépayée avec un numéro de RIB et un IBAN, certains restent fidèles à leurs premières options. C’est le cas de Paysafecard.

 

 

Comment fonctionne Paysafecard ?

Et là, tout est dans le nom. Paysafecard, pour qui maîtrise un tant soi peu la langue de Shakespeare et de Bukowski, Paysafecard pourrait signifier « payer avec une carte sécurisée ». Ainsi, le principe de Paysafecard, opérateur Allemand ayant de multiples sièges dans le monde, c’est que vous commandez un crédit allant de 10 à 100 € parle biais d’un code PIN à 16 chiffres. Pour dépenser votre argent, vous n’avez plus qu’à inscrire le fameux code PIN sur les sites marchands partenaires de Paysafecard.

Et ils sont nombreux, puisque Paysafecard est l‘un des leaders mondiaux du paiement sécurisé sur internet. Mais donnons un exemple. Vous rechargez pour 100 €. On vous offre un code PIN en contrepartie. Dès que vous faites un achat en ligne, mettons 15 €, vous utilisez votre code PIN. Sitôt le montant lié au code PIN épuisé, ce dernier devient automatiquement obsolète. Sécurisé, puisque à usage presque unique, et moteur dans l’apprentissage d’un budget, puisque limité à la somme achetée au préalable.

Le plus, c’est qu’à côté de ce mode de paiement sécurisé strictement à l’attention des marchands en ligne partenaires, Paysafecard produit de surcroît une carte bleue, permettant cette fois le paiement chez les marchands physiques, du coin de la rue. Et il suffit juste d’une simple manœuvre, sur l’ordinateur ou sur le smartphone, pour faire migrer la somme achetée vers la carte bleue. Ainsi, l’argent obtenu via le ticket peut indépendamment s’utiliser par carte bleue ou via le code PIN à 16 chiffres. Pratique, simple, sécurisé.

Pour résumer, on peut dire que Paysafecard transforme le liquide pour pouvoir payer sur internet.

 

Comment recharger Paysafecard ?

Deux moyens principaux existent pour recharger votre compte Paysafecard ;

  • Dans l’un des 500 000 points de vente physiques à travers le monde ;
  • Par internet.

Jouez la carte de la sécurité !

Mais la carte bleue, elle, se commande après une inscription en ligne. Logique. Elle est adressée sous 5 à 10 jours et est facturée à seulement 9,90 € par an, pour les frais de gestion. Encore une fois, c’est simple et efficace. Et Paysafecard propose également des cartes pour les jeunes de 16 ans et plus. Un excellent moyen pour apprendre à gérer son argent, puisqu’il est impossible de dépasser le crédit acheté au préalable.

paysafecard-screenshot-4Ensuite, le compte My Paysafecard vous permet de regrouper tous les codes PIN que vous avez acheté. Ce qui peut vous permettre de bénéficier dans ce compte centralisé de sommes d’argent plus importantes, que vous utiliserez en direct, ou que vous ferez migrer sur votre carte bleue. Ce compte n’est pas adossé à un IBAN. Il s’agit donc plus d’un portefeuille électronique. Avec l’application dédiée, il vous est donc facile de repérer les lieux de ventes physiques et de manager votre compte selon vos envies et vos besoins. Mieux, un scan de QR code sur les paiements en ligne vous permet de gagner encore plus de temps dans vos paiements. Il ne suffit que de présenter le smartphone devant le QR code. L’offre est donc bien cernée et tous les outils sont développés pour parvenir à l’objectif recherché.

Contrairement à Veritas ou PCS, Paysafecard ne joue pas dans la cours des néobanques. L’entreprise reste résolument tournée vers la carte prépayée et le paiement sécurisé en ligne. Paysafecard est d’ailleurs le pionnier de ces paiements numériques dédiés sécurisés. Et ce n’est finalement pas un hasard si ce leader Européen, voire mondial, du paiement sur internet a été racheté par Skrill en 2012. Grâce à ces solutions, le consortium permet donc toutes les formules de paiements en ligne, du virement via adresse mail au paiement par carte bleue, en passant par le paiement sécurisé via PIN code.

Et pour ceux qui se demanderaient à quoi peut bien servir de bénéficier d’une telle offre, et quels ont les partenaires acceptant ce type de paiement, il suffit de se rendre sur cette page du site : https://www.paysafecard.com/fr-fr/utiliser. Jeux, rencontres, sites de paris sportifs et poker en ligne, VoIP, musiques, films, voyages, services divers… Le nombre de partenaire est réellement très important, et ce, dans le monde entier. Paysafecard ne se limite pas à un territoire seul, mais permet l’achat sécurisé sur toute la planète.

 

Quels sont les tarifs de Paysafecard ?

On compte vraiment trois produits différents ; Paysafecard, My Paysafecard (le compte associé) et la carte Paysafecard Mastercard. Mais les frais se concentrent exclusivement sur les tickets Paysafecard et la carte bleue. En l’occurrence, des frais de maintenance entrent en vigueur
dès la deuxième année d’utilisation du service, à hauteur de 3 € par mois, directement prélevés sur le solde Paysafecard. Idem pour la carte bleue, qui se trouve chargée de 2 € mensuels dès le 13ème mois d’utilisation. Les 12 premiers mois sont donc intégralement gratuits si l’on excepte le paiement de la carte bleue à 9,90 € par an. Une majoration de 2 % à chaque conversion de devise est également décomptée, qu’il s’agisse des tickets à PIN code ou de la carte bleue.

Comme c’est souvent le cas avec les cartes prépayées, les frais les plus lourds se comptent lors des retraits. C’est un point que l’on peut comprendre. Pour plusieurs raisons ;

  • D’abord, parce que les retraits engendrent des frais de la part du propriétaire du DAB vers la banque. Cette dernière choisit de les répercuter ou non. Les banques en ligne, par exemple, ne les répercutent pas.
  • Ensuite, parce qu’il faut avouer que l’intérêt de retirer de l’argent avec une carte prépayée que l’on a justement rechargée avec du liquide est assez paradoxale…
  • Enfin, parce que ce point tend à accélérer encore la dématérialisation de l’argent. Et sachez que c’est bien le but final en point de mire des banques Européennes. Abandonner définitivement l’argent papier pour passer toutes les transactions en numérique. Plus facile à contrôler.

Or donc, Paysafecard n’est pas meilleur que les autres dans ce domaine. A chaque retrait, 3 % du montant retiré seront débités, avec un minimum de 3,50 €.  Mais on l’a bien compris, ce n’est pas le but premier d’une carte prépayée que d’aller retirer des espèces au DAB. Pour tout remboursement, des frais de 7,50 € sont comptés.

Enfin, sachez qu’un compte de fidélité, baptisé MyPlus permet à tous les utilisateurs de bénéficier de points à chaque paiement, en fonction du niveau de son statut. Il existe 4 niveaux. Ces points pourront servir lors d’opérations commerciales par la suite.

 

Conclusion.

Paysafecard est certainement loin d’être aussi complet qu’une néobanque. C’est certain. Mais le but n’est pas là. Et le système est fiable et cohérent, éprouvé depuis de longues années. De plus, la jonction avec Skrill fait du duo un monstre de la carte prépayée dans le monde, et une assurance sécurité de transaction supplémentaire. Si vous deviez choisir une carte prépayée, réfléchissez malgré tout au-delà de 12 mois. Car passé ce délai, entre les tickets et la carte bleue, vous seriez ponctionnés de 60 € par an (2 € par mois d’un côté, 3 € par mois de l’autre), ce qui revient au prix d’une Visa ou d’une Mastercard dans une banque de dépôt… Le système est pratique, fiable, sécurisé, permet la gestion simple et sécurisée, mais reste un peu cher en frais de gestion…