Autorisation de découvert : les dépassements coûtent toujours aussi cher

Le découvert est une réalité économique avec laquelle de nombreux Français sont parfois obligés de composer, bien malgré eux. 60% des Français dépassent en effet le découvert autorisé sur leur compte en banque au moins une fois dans l’année. Et forcément, cela finit par coûter cher. Une étude menée par Panorabanques donne des conclusions qui sont sans appel sur ce phénomène : en 2017, un découvert bancaire coûte en moyenne 60,20€ au titulaire du compte.

Le dépassement de découvert, une pratique répandue

Qui n’a jamais découvert avec stupeur son compte dans le rouge en fin de mois, malgré une attention de tous les instants ? Cette mauvaise surprise est assez commune, notamment parmi les catégories les moins aisées de la population. 27% des Français aux revenus inférieurs à 1500€ par mois dépassent chaque mois leur autorisation de découvert, alors que ce pourcentage passe à 13% pour les français dont les revenus dépassent les 3000€.

L’autorisation de découvert est une sécurité en cas d’imprévus ou de situations financières délicates. Presque 7 Français sur 10 souhaitent en disposer. Même s’il n’est pas souhaitable de finir dans le rouge, l’autorisation de découvert offre aux consommateurs une certaine flexibilité, et permet d’éviter une sanction trop rude en cas de déséquilibre des comptes. Généralement, les banques consentent à accorder un découvert tant qu’il n’excède pas un demi-mois de revenu du client concerné.

découvert bancaire - illustration

Une utilisation fréquente … et coûteuse

Économiquement parlant, le découvert est une forme de crédit déguisée. Le client se place en effet en situation de débiteur face à la banque, qui est en droit d’exercer une créance. Cette dernière applique donc des taux d’intérêts sur les sommes concernées par le découvert bancaire. Et comme vous pouvez vous en douter, les taux sont extrêmement élevés par rapport à un crédit traditionnel : ils tournent en moyenne autour des 8% (et jusqu’à 16% pour BNP Paribas !).

En plus de ce taux d’intérêt, une bonne moitié des banques (y compris certaines banques en ligne) réclament le paiement de frais de dossier, s’élevant en moyenne au prix de 7€ (fixe). Si l’on envisage un dépassement du découvert maximum autorisé, les frais peuvent s’envoler et venir flirter avec les 200€.

Néanmoins, le découvert n’est pas une fatalité : une gestion avisée et responsable de ses comptes permet d’éviter beaucoup de situations à risque. Et le cas échéant, un dialogue avec son banquier doit être engagé le plus tôt possible pour ne pas subir la vague de plein fouet, et trouver une solution avant que les finances ne passent dans le rouge : le maître-mot est l’anticipation. Enfin, pensez à comparer les différentes banques car les pratiques en termes d’autorisation de découvert sont très différentes d’une structure à l’autre.

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.