Transformation digitale : Quel avenir pour les agences bancaires ?

Les banques traditionnelles ferment de plus en plus d’agences, jugées trop coûteuses. Constatant que la nouvelle génération et une importante part de la population ne se rendent plus en agence, les enseignes bancaires ont décidé “d’optimiser” leurs coûts et de fermer les points de rencontre clients. Une décision avec effet à double tranchant…

La multiplication des fermetures

C’est la Société Générale qui a ouvert la danse à la fin de l’année 2015. Lors de l’annonce de son plan économique d’ici 2020, l’enseigne rouge et noire a confirmé son intention de fermer 400 agences de son réseau. Elle en comptait alors plus de 2 220 ! LCL a suivi cette annonce de près et a annoncé un programme de fermeture d’environ 250 agences sur les 1 900 qui constituent son réseau actuel. La BPCE a ensuite suivi le mouvement. Par communiqué de presse, le groupe bancaire annonce la suppression de 400 points clientèle en France (sur les 8 000 actuels).

bnp, crédit agricole, société générale ferment leurs agences bancaires

Une mutation du secteur bancaire à l’échelle mondiale

Même les gros groupes comme la BPCE… Même les banques qui font de leur réseau d’agences leur fer de lance comme la BNP Paribas ferment leurs agences. La BNP prévoit la fermeture de 200 agences d’ici 2020, a déclaré Jean-Laurent Bonnafé – Directeur Général du Groupe BNP Paribas – lors de l’annonce du plan numérique de la banque à l’horizon 2020 le 20 mars dernier. La 1ere banque de France prévoit en conséquence une réduction d’effectifs de 2 à 4% par an.

Avec l’avènement des banques en ligne, banques mobiles et autres enseignes sans agences, les banques traditionnelles et de détail à l’image du Crédit Agricole et des Caisses d’Epargne voient leur système subir une véritable révolution. Y étaient-elles préparées ? Nous en doutons… La révolution numérique est bel et bien là, imposant et touchant tous les secteurs de l’économie et de notre société. La banque ne s’en sortira pas indemne et commence à en payer fortement le prix.

En Europe, 1 banque sur 4 a disparu depuis la crise de 2008 en Europe. Le secteur connait un fort déclin et un fort manque de confiance depuis la crise des subprimes. La situation économique ne leur permet pas de se relever malgré les efforts des banques centrales et des gouvernements. Les taux des prêts bancaires se maintiennent à un niveau historiquement bas pour relancer l’inflation et la croissance des pays. La marge économique des banques est réduite. Les technologies financières florissantes comme les Fintechs marquent de plus en plus un fossé digital et technologiques.

Des chiffres alarmants

Selon l’EBF, 22% des banques en Europe ont fermé depuis 2008. Et ce mouvement de fermeture inclut “des facteurs comme les fusions dans le secteur bancaire, en vue d’améliorer la rentabilité et permettre de meilleures économies d’échelle“. 20% des agences bancaires en Europe ont fermé leurs portes en moins d’une décennie. La tendance actuelle encourage plutôt les consommateurs à utiliser leur smartphone que se rendre en agence pour aller chercher une information.

“53 000” correspond au nombre d’employés de banque qui ont été licenciés ou pas remplacés entre 2016 et 2017. Par exemple, la 2e banque allemande la Commerzbank a annoncé en 2016 la suppression de près de 10 000 postes à l’horizon 2020. La BNP vient d’annoncer la suppression de 640 postes également.

Une décision problématique quand 62% des Français déclarent préférer une relation “physique, en face à face” avec leur conseiller. Ils jugent cette relation “rassurante” et se sentent “plus confiant dans le système”.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Note : les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.