Banque Populaire : additionner les forces, multiplier les chances

Notre note
  • Note générale
  • Compte Courant
  • Tarifs
  • Service Client
  • Épargne
4

Summary

La Banque Populaire est une banque mutualiste, née d’un concept Angevin dans le dernier quart du 19ème siècle. Aujourd’hui, la banque fait partie du groupe BPCE, depuis qu’elle a du fusionner avec la Caisse d’épargne, à la suite de la crise des subprimes et du scandale Natixis, leur filiale commune. Désormais unies, les deux banques peinent encore à percer sur le marché en ligne, mais les offres de la Banque Populaire sont celles d’une banque réellement complète. Reste que comparé à la banque en ligne, c’est assez déconnecté de la réalité…

Le monde bancaire vit actuellement une petite révolution, lancée par les évolutions numériques. De nombreux nouveaux acteurs font leur apparition pendant que les mastodontes du genre, un temps endormis, se réveillent doucement. Désormais, toutes les banques, quelles qu’elles soient, proposent un service internet de gestion des comptes. Et c’est bien le minimum à l’ère de l’internet. Mais les fonctionnements bancaires diffèrent d’un établissement à l’autre. Voyons donc comment la Banque Populaire s’en sort sur ce point.

Les 3 Meilleures Banques du Moment

Qui est la Banque Populaire ?

Les caisses de banques populaires sont nées à Angers, dans la fin du XIVème siècle. En 1878, messieurs Lasserand et Monfageon décident de lancer ce concept afin que les petites entreprises, les artisans et les commerçants puissent avoir, eux aussi,  accès au crédit permettant l’investissement dans le matériel et la modernisation de leurs activités. En effet, ces clients étaient bien souvent retoqués par les grandes banques commerciales d’alors.

Mais c’est en 1917, sous l’impulsion du ministre du commerce Etienne Clémentel, que les Banques Populaires vont vraiment connaître leur premier tournant. Le ministre a pris acte de l’état et des lacunes du système bancaire. Il décide alors de le refondre l’organisation du crédit dédié au commerce et à l’industrie. C’est là que naissent réellement les Banques Populaires. Elles sont dotées d’un statut coopératif et facilitent la reconstruction d’après guerre, en permettant aux entrepreneurs individuels d’avoir un plus large accès au crédit.

S’ensuivront quelques dates marquantes dans l’histoire du groupe. En 1921, une caisse centrale des banques populaire est créée, et rejoint un peu l’idée de l’organe central du Crédit Agricole. La CASDEN, elle, verra le jour seulement en 1964. Cette banque affiliée au réseau des banques populaires est entièrement dédiée aux personnels de l’éducation nationale, de la culture et de la recherche. Natixis Banques Populaires voit le jour en 1999, année au cours de laquelle la chambre syndicale des banques populaires est dissoute.

Puis, dans l’histoire récente, et selon la loi de la constante accélération des systèmes et marchés financiers, la vie de la Banque Populaire s’accélère. En 2002, c’est la Coface qui est rachetée. Cette même année, le Crédit Coopératif entre au capital des banques populaires et en devient donc une société mère. En 2006 a lieu le premier rapprochement entre les caisses d’épargne et les caisses de banques populaires. Il s’effectue seulement dans le périmètre des banques privées. En 2007, c’est Foncia qui entre dans le giron des banques populaires. En 2008, la gourmandise bat son plein. HSBC se sépare de certains actifs et cède sept banques régionales françaises. Banque Populaire saute dessus pour 2,1 milliards d’Euros.

Puis vient la fameuse crise de 2008, et ses conséquences seront très lourdes pour la Banque Populaire, qui va se faire littéralement enfoncée, à cause de prises de positions trop risquées. La seule solution est alors d’accélérer la fusion entre les deux organes centraux des banques populaires et des caisses d’épargne. En 2009, les deux holdings fusionnent, le 24 juin pour être précis, et la Banque Populaire en tant qu’entité indépendante disparaît au profit de la désormais deuxième banque française ; la BPCE.

Quelques caisses fusionnent entre elles et une fédération nationale des caisses de banques populaires voit le jour. Certains actifs acquis par le passé sont cédés pour assainir les finances du groupe. D’autres sont définitivement intégrés dans la nouvelle entité. C’est le cas de la banque Chaix, qui fusionne avec les caisses de Côte d’Azur et celles de Provence et de Corse pour donner la caisse Méditerranée.

On compte donc aujourd’hui 18 caisses régionales de banque populaire, si l’on tient compte de la CASDEN et du Crédit Coopératif comme de caisses régionales. La banque est surtout très présente auprès des petits entrepreneurs, artisans et commerçants, ainsi qu’auprès des enseignants, des marins-pêcheurs et des associations.

Banque Populaire : carte bancaire

Les comptes et les cartes bleues.

En guise de préambule à ce qui va suivre, on vous avertit tout de suite que l’accès aux tarifs sera très compliqué. Et le détail d’un grand nombre de produits sera impossible à aller chercher. Pourquoi ? Parce que les réseaux de banques mutualistes sont partagés en caisses, qui n’appliquent pas forcément la même tarification d’une caisse à l’autre. Voyez les différences qu’il peut déjà y avoir entre la Crédit Coopératif et la Banque Populaire en général. Et que dire de la CASDEN ? Donc, si vous souhaitez connaître les tarifs appliqués par la banque populaire de votre région, il vous faudra consulter les pages du site de votre caisse régionale.

Nous pourrons reprendre ici les principaux produits et services développés par la Banque Populaire, mais sans entrer dans le détail propre à chaque caisse régionale. Comme vous pouvez vous en douter, la Banque Populaire dispose de tous les produits et services imaginables. Mais côté tarifs, voyez la capture d’écran du site ci-contre…

A la Banque Populaire, il est au moins une constante à toutes les caisses, la banque mutualiste a choisi Visa pour l’accompagner dans ses cartes de crédit. Certes, une Mastercard est aussi disponible, mais Visa a la primeur de la mise en avant sur le site de la banque. Notre attention est retenue par autre chose. Le système de retrait sm@rt’retrait. En cas d’oubli ou de perte de votre carte bleue, vous pouvez retirer de l’argent grâce à l’application Cyberplus et à votre smartphone. Et cette possibilité est étendue sur tous les DAB du réseau Banque Populaire et des banques affiliées, comme le Crédit Maritime ou la Banque de Savoie.

D’ailleurs, la Banque Populaire développe aussi ses compétences en ligne. Le groupe BPCE sera bientôt représenté sur la toile, avec l’arrivée de Fidor (ou peut-être donneront-ils un autre nom à cette banque en ligne allemande rachetée l’an dernier). Mais en attendant, il faut fourbir les armes face à la concurrence. Vous pouvez donc suivre votre compte bancaire par téléphone, par sms ou via Moviplus, votre copte sur votre mobile. Mais vous pouvez également souscrire au service Cyberplus, qui vous permet de consulter votre compte et d’effectuer des virements bancaires. Bon, on est encore loin des applis développées par les pures players et plus loin encore des néobanques. Mais ce n’est pas forcément le but recherché la Banque Populaire. Quoiqu’il en soit, le service peut se révéler intéressant. L’appli est gratuite.

Autre service intéressant, l’offre mobilité internationale, qui permet de payer ses paiements et retraits par carte bleue à l’étranger au même prix qu’en France. En règle générale, tous les paiements en devises entraînent des frais bancaires, et c’est valable aussi pour les retraits. Grâce à cette offre, ces frais disparaissent, et il ne reste que les commissions de change à payer.

L’épargne et les placements.

Là encore, la liste des produits est longue. Et c’est bien normal. Il nous semble inutile de revenir sur les différents livrets réglementés (livret A, livret d’épargne populaire, livret jeune, LDD, …), pour nous concentrer sur des produits qui changeraient un peu de l’ordinaire. La Banque Populaire ne semble pas développer de livret libre, du moins, pas à l’échelle nationale. Mais elle dispose d’un compte à terme. Et pour ce que l’on en sait, ce dernier semble très souple puisqu’il permet autant de signer pour des durées très courtes (de 2 à 12 mois) que pour des durées plus longues (jusqu’à plus de 5 ans).

A part ça, on trouve la gamme habituelle d’assurances-vie, avec Horizéo, décrit comme un produit souple, nouvelle génération, qui peut permettre de cotiser dès 30 € par mois, et qui peut servir plusieurs intérêts à la fois. On trouve également un Plan épargne enfants, contrat d’assurance-vie destiné à construire une rente pour les enfants ou les petits enfants. A côté de cela, on trouve l’habituel PERP et les différentes sélections d’UC pour gérer vous-même votre investissement.

Bien sûr, la Banque Populaire connaît aussi les plans d’épargne logement, comme le PEL et le CEL. Mais ce qui est intéressant, c’est l’alliance d’un PEL et d’un compte à terme. Ici, la Banque Populaire décline deux produits de ce genre, le Moisson et le Messidor. Bien nommés, ces produits permettent à l fois de connaître parfaitement sa rémunération de fin de contrat et de bénéficier des avantages du PEL, permettant l’établissement d’un prêt immobilier complémentaire lors d’une acquisition de logement. Pour tout ce qui est bourse, et placements financiers, la Banque Populaire vous invite à vous rapprocher de votre agence.

 

Les crédits.

Là encore, la gamme est forcément complète. Qu’il s’agisse de crédits immobiliers ou de prêt à la consommation, voire de réserves d’argent. Maintenant, chaque caisse régionale est libre de définir les contours précis des lignes de prêt exposées ici. Les taux peuvent donc considérablement varier d’une caisse à l’autre. Mais c’est le cas pour toutes les banques constituées d’agences physiques. Les réalités du terrain l’emportent toujours.

Côté immobilier, on trouve donc des lignes de crédits libres, à taux fixe comme à taux révisable, les prêts aidés comme le PTZ et l’écoPTZ, le prêt épargne logement et un crédit relais. On trouve aussi le prêt Prevair, destiné au financement d’équipements écologiques lors de travaux de rénovation d’un logement.

Côté prêts personnels, la Banque Populaire fait simple, du moins dans sa présentation. Elle ne décline que quelques lignes et facilitent ainsi la compréhension et la lecture des produits. On s’y retrouve donc très bien, au contraire de gammes délirantes annoncées par certains spécialistes du prêt à la consommation, comme Cofinoga ou Cetelem, par exemple. Il existe donc quatre déclinaisons du prêt personnel ;

  • Le premier est destiné aux travaux ;
  • Le deuxième est spécialisé dans l’acquisition d’un véhicule ;
  • Un troisième sert à fiancer un rachat de crédits ;
  • Et un dernier est dévolu à la constitution d’une trésorerie.

Il y a une forte chance pour que les taux soient différents d’une ligne de prêt à l’autre. Attendez-vous, en agence, à voir un prêt trésorerie bine plus coûteux que les autres. C’est généralement la norme. Il existe toutefois un autre prêt personnel, baptisé prêt projets auto et travaux. Vous demandez votre prêt aujourd’hui et vous avez six mois pour utiliser les fonds. Seuls les fonds réellement utilisés donneront lieu à un remboursement. Si vous n’utilisez rien, rien ne vous est facturé (en termes d’intérêts), et vous pouvez débloquer les fonds en plusieurs fois (jusqu’à 5 fois).

Ce n’est pas une surprise, la Banque Populaire dispose aussi de son prêt renouvelable, adossée à une carte bleue, de surcroît. Ces réserves d’argent profitent en plus des conditions et des garanties des cartes Visa Classic, Visa Premier ou Visa Platinum. Cette réserve d’argent se nomme Facelia.

 

Les assurances.

On distingue ici encore une gamme complète, constituée de différentes catégories de contrats ;

  • Les assurances à la personne, comme une assurance santé ou un contrat de prévoyance ;
  • Les assurances habitation ;
  • Les assurances véhicules ;
  • Les assurances des comptes ;
  • Les assurances des moyens de paiement ;
  • Les assurances des appareils mobiles.

Et ce n’est pas une surprise, ce sont bien, les assurances à la personne qui permettent de développer la gamme la plus complète et la plus vaste de contrat divers et variés, complets ou complémentaires. Au sein de cette gamme, vous trouverez l’assurance santé de la Banque Populaire ; Assur BP Santé. Et il y en a même une spécialement destinée aux enfants, et une autre dédiée aux étudiants et aux expatriés. A côté de cela, on trouve surtout une gamme de produits complémentaires, comme une garantie PTIA, baptisé Autonomis, une garantie de rapatriement du corps, toujours comprise dans les assurances voyage, une protection juridique et deux contrats visant à protéger ses biens et ses proches, Tissea et Fructi-Famille.

En ce qui concerne l’assurance habitation, la Banque Populaire scinde bien les différents types de rapports que l’on peut avoir avec son bien immobilier. Si votre logement est votre résidence principale, vous irez vers le contrat Assur-BP Habitat, si votre logement est une résidence locative ou secondaire, alors, le contrat propriétaire non occupant. Ensuite, vous pourrez souscrire à un contrat de télésurveillance, ou, si vous avez moins de 28 ans, vous préférerez peut-être un contrat entièrement dédié, ajoutant aux garanties habituelles des garanties d’assistance voyage ou la possibilité de disposer d’un capital études.

Côté véhicules, quatre contrats sont disponibles, un pour les voitures, un pour les motos, un autre pour les camping-cars, bateaux, ambulances… et enfin un dernier pour tous les autres véhicules, comme une caravane. C’est simple et bien exposé, clair et complet. Comme quoi, il n’y a pas besoin de faire semblant de disposer d’un contrat spécifique pour chaque véhicule pour être efficace.

Sinon, Sécuriplus garantit vos moyens de paiement en cas de vol ou de perte et la Banque Populaire décline une gamme de produits garantissant vos comptes et vos avoirs en cas de décès ou de perte totale et irréversibilité d’autonomie (PTIA). Fructi-Budget 2 protège votre famille en cas de décès en lui assurant un revenu sous forme de rente, Fructi-Facilités assure votre compte bancaire et Dédicace garantit votre épargne. Enfin, Securi High-Tech apporte une protection aux appareils mobiles et numériques, du PC fixe au smartphone en passant par la tablette ou l’appareil photo numérique.

 

Conclusion.

Même si l’on n’a pas pu avoir accès aux tarifs de la Banque Populaire, on sait que ces derniers se situent dans les prix constatés au niveau des grandes banques. Mais la comparaison reste impossible. Imaginez qu’il faille reprendre tous les tarifs de toutes les banques régionales pour obtenir un comparatif complet sur tout le territoire. Ceci impliquerait toutes les caisses du Crédit agricole, toutes celles de la caisse d’épargne, des Banques Populaires et des Crédit Mutuel, sans compter toutes les banques régionales et les spécificités du Crédit du Nord et du CIC. Et encore, il faudrait ensuite distinguer ce classement par région et le remettre à jour au moins deux fois par an. L’entreprise serait colossale.

Ce que l’on sait, en tout cas, c’est que la Banque Populaire présente ses produits simplement et ne tombe pas dans le piège de l’empathie faussement créée pour attirer le chaland. C’est d’autant plus clair et d’autant plus lisible. Les gammes sont complètes et l’intégration au sein de la BPCE fait du groupe un mastodonte sur la scène Européenne et la scène mondiale. En effet, la BPCE fait partie de ces trente banques systémiques recensées à travers le monde. Un club très fermé que quatre banques françaises ont intégré.

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 réflexions au sujet de “Banque Populaire : additionner les forces, multiplier les chances”

  1. La banque dispose d’un délai de un mois pour faire connaitre la clôture d’un livret A au FICOBA de la DGFIP (article 164 FC de l’annexe IV du CGI).
    Pour ma part, la fermeture date du 02/06/2020 et la banque populaire n’a toujours pas fait la démarche.
    Dans cette attente, je ne peux ouvrir aucun livret A nulle part ailleurs dans une autre banque.
    A date, les conseillers bancaires se dégagent de toute responsabilité, les frais indus sont légion, les frais habituels sont hors de prix.
    Si vous faites comme moi, vous poser la question pourquoi subir ceci ? Ne souscrivez pas. Dans le cas contraire, vous serez pris en otage à partir du moment ou la banque a connaissance de votre désir de partir.

    Répondre
  2. Bonjour,
    il faut fuir cette banque, manque de réactivité, service en ligne incompétent qui ne répond pas à vos questions et vous donne de fausses informations sur frais les prélèvements, il vous prélève plus .
    cordialement!

    Répondre
  3. Les assurances proposées par la Banque populaire sont en fait des produits MAAF, que la banque populaire revend, j’en ai eu confirmation auprès d’une agence MAAF. Du coup pourquoi ne pas les souscrire directement auprès de la MAAF ?

    Répondre
    • Bonjour,

      effectivement les groupes détenant la MAAF et Banque Populaire ont depuis longtemps des accords pour commercialiser certains services de l’un et l’autre.
      Vous pouvez centraliser tous vos services chez Banque Populaire si vous possédez déjà un compte chez eux ou choisir de les souscrire séparément.
      Le choix dépendra de vos affinités personnelles.

      Répondre

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.