Comment calculer les intérêts d’un prêt ?

 

Lorsque l’on fait un prêt, il y a le capital mais aussi les intérêts qui dépendent du taux appliqué. À l’échéance, l’emprunteur aura payé davantage que ce dont il avait besoin au départ. Il est donc essentiel de savoir à combien s’élèvent ces intérêts.

Calcul des taux d’intérêt : Comment ça marche ?

Si vous empruntez 200 000 euros, le montant total du crédit sera différent en fonction de la durée choisie pour le remboursement.

Avec une durée de remboursement sur 10 ans, un taux d’intérêt de 1,09 %, et un taux d’assurance de 0,36 % on a des mensualités de 1 819,91 euros dont 60 euros pour l’assurance. La totalité du crédit coûtera 18 388,71 euros dont 7 200 euros pour l’assurance.

Avec la même somme empruntée sur 15 ans, le taux d’intérêt va passer à 1,39 % ; le taux d’assurance reste inchangé. Les mensualités baissent à 1 291,61 euros avec toujours 60 euros pour l’assurance. Le coût total du crédit est plus élevé avec un montant de 32 489,41 euros dont 10 800 euros pour l’assurance.

Si vous empruntez 200 000 euros sur 20 ans, le taux d’intérêt augmente à 1,59 %, celui de l’assurance reste identique. Les mensualités sont de 1 033,39 euros (60 euros d’assurance) ce qui donne un coût total de crédit de 48 013,93 euros dont 14 400 euros d’assurance.

Enfin, sur 25 ans, le taux d’intérêt passe à 1,8 % ce qui donne des mensualités de 888,37 euros avec un coût total du crédit de 66 511,12 euros dont 18 000 euros d’assurance. Par rapport à un remboursement sur 10 ans, le crédit coûtera 48 123 euros de plus.

Quels sont les différents taux pris en compte dans les calculs ?

Les taux d’intérêt débiteurs

Avant d’aborder en détails les différents types de taux d’intérêt rattachés à un prêt, il convient de définir en premier lieu ce que sont les taux d’intérêts débiteurs. Les intérêts débiteurs désignent les sommes d’argent que l’organisme bancaire va prélever directement sur le compte du client débiteur à partir du moment où celui-ci affiche un solde négatif.

L’application d’un taux d’intérêt débiteur va s’appliquer après un ou plusieurs jours selon les banques et pendant lesquels le solde du compte se retrouvera débiteur.

  • Le taux d’intérêt nominal

Le taux d’intérêt nominal désigne le taux qui va définir les intérêts à régler selon le montant ayant été emprunté.

Ce taux va être déterminé par l’organisme bancaire prêteur en fonction du taux du marché avec une majoration correspondant à la marge de l’établissement et intégrant les différents coûts de l’opération.

A noter que ce taux est annuel par convention et figure dans le contrat établi entre l’emprunteur et le créancier.

  • Le taux d’intérêt réel 

Le taux d’intérêt réel correspond, pour sa part, au taux nominal corrigé des effets de l’inflation. De façon plus concrète :

Taux d’intérêt réel = taux d’intérêt nominal – inflation

Lorsque l’inflation se situe à un niveau élevé, il apparaît opportun d’emprunter dans la mesure où le taux réel sera réduit. Dans le cas particulier où l’inflation est supérieure au taux nominal, il sera même possible de gagner de l’argent du fait d’un taux d’intérêt négatif.

Le taux fixe

Le taux fixe est déterminé dès la souscription du contrat de prêt. Celui-ci ne connaîtra aucune évolution tout au long de l’emprunt.

Il s’agit de la solution de financement la plus courante et prisée dans la mesure où chaque échéance de remboursement s’avère constante mais également modulable en fonction des besoins de l’emprunteur.

Le taux variable

Contrairement au taux fixe, le taux variable va évoluer durant toute la période de l’emprunt. Les mensualités vont ainsi être revues à la hausse ou à la baisse au cours de la durée du prêt avec une réactualisation annuelle.

Le taux variable n’expose l’emprunteur à aucun risque dans la mesure où l’évolution du taux d’intérêt peut être limitée à la hausse ou à la baisse. En outre, les conditions d’un contrat de prêt à taux variable sont généralement plus favorables pour l’emprunteur que celles d’un emprunt à taux fixe.

Pour comprendre l’évolution des taux variables, il faut également savoir qu’ils font l’objet d’une indexation sur différents taux à court terme à l’image de l’Euribor 3 mois ou encore de l’Euribor 1 an.

Calculer le montant des échéances

Pour calculer le montant de chaque échéance, il faut tenir compte du montant emprunté, de la durée du remboursement et du taux d’intérêt annuel. Chaque mensualité correspond au remboursement d’une partie du capital et au paiement des intérêts.
La durée du remboursement conditionne le taux d’intérêt et peut être donnée en mois ou en années.
Une assurance peut être nécessaire. Cette assurance emprunteur peut avoir plusieurs valeurs selon le niveau de risque. Elle peut aller de 0,10 % à 0,90 %.

Il est essentiel de connaître le montant des mensualités. Si elles sont trop basses, l’emprunt finira par coûter beaucoup plus cher. Si elles sont trop importantes, l’emprunteur se met en danger.
Les mensualités varient en fonction de chaque prêt. Elle sont proportionnelles au capital emprunté mais tient compte du taux d’intérêt et de la durée du remboursement.

Comment calculer les intérêts de son prêt immobilier ?

calcul-taux-credit-immobilier Les banques définissent le taux d’intérêt en fonction du profil de chaque emprunteur et de la nature du crédit immobilier. A chaque échéance, il faut payer des intérêts et rembourser une partie du capital. Les intérêts correspondent au taux d’intérêt qui est multiplié par le capital restant dû. Ils vont donc diminuer avec le remboursement du prêt.

Faire un calcul préalable permet d’étudier le marché et de négocier des taux plus intéressants. Avec un calculateur en ligne, l’opération est très simple et rapide. Il permet de rendre la prospection beaucoup plus facile et de trouver très rapidement l’offre la plus adaptée à ses besoins.
Il suffit d’indiquer le type d’emprunt, la somme souhaitée et la durée. Il ne reste plus qu’à comparer les taux, les mensualités, la somme totale du prêt.

Le taux peut être fixe. Dans ce cas, le montant de chaque mensualité est déterminé dès le départ. Quand le taux est révisable, il varie en fonction d’un indice de référence. Les mensualités vont donc varier. Le taux variable est davantage utilisé pour des emprunts de courte durée car il permet de profiter de taux souvent plus compétitifs. Le taux peut être mixte c’est-à-dire qu’il combine les deux premiers. Dans ce cas, un taux fixe est appliqué pour les premières années de remboursement puis on passe à un taux variable.

Le taux d’intérêt, c’est le pourcentage à verser tous les ans à l’organisme prêteur. Ce taux va être influencé par la durée du prêt. Plus elle est longue, plus le taux est élevé. Il varie également en fonction du profil de l’emprunteur. Plus il est « à risque » plus le taux est élevé. Les conditions du marché sont aussi prises en compte. Dans la zone euro, c’est l’Euribor qui fixe une partie du taux d’intérêt. Et puis, il y a les banques elles-mêmes qui font des propositions plus ou moins intéressantes en fonction de la période.
Lors d’un calcul de crédit immobilier, il faut bien regarder le TAEG ou taux annuel effectif global. C’est ce taux qui donne le coût réel du crédit car il tient compte de tous les frais annexes. C’est lui qui permet de comparer facilement différentes offres.

Le tableau d’amortissement : Qu’est ce que c’est ?

Le crédit est résumé dans un tableau d’amortissement que vous pouvez simuler ici. Appelé aussi échéancier ou plan de remboursement, il est automatiquement joint à l’offre de prêt. Il donne une vue compète sur le nombre de mensualités, leur montant, celui des intérêts remboursés, le montant du capital remboursé et celui du capital qui reste dû. Il peut aussi indiquer, pour chaque mois, la part du capital, celle des intérêts et celle de l’assurance. Il permet d’anticiper les dépenses, d’évaluer la solvabilité mois par mois.
L’amortissement peut être « in fine ». Dans ce cas, le capital est remboursé en une fois, intégralement, à la fin du prêt. Pendant tout le crédit, l’emprunteur rembourse seulement les intérêts et l’assurance.

L’amortissement peut être progressif : au fil des échéances, la part du capital à rembourser augmente alors que celle des intérêts diminue.
Avec un amortissement constant, la part du capital à rembourser reste la même pendant toute la durée du prêt et celle des intérêts diminue progressivement.
Ce tableau d’amortissement est essentiel car il permet de comparer les offres de prêt de manière rapide, avec une vue d’ensemble de ce qu’il faudra payer chaque mois.

Qu’est ce qu’un taux périodique ?

Le taux périodique permet de calculer les intérêts à payer chaque mois en tenant compte du capital qui reste à rembourser. C’est un taux qui concerne les remboursements sur une seule année mais il peut être appliqué sur un, trois ou six mois. C’est donc un taux d’intérêt qui s’applique à une période de moins d’un an.
Lorsque l’on souscrit un prêt, qu’il s’agisse d’un prêt immobilier ou de tout autre type de prêt, le remboursement se fait de manière progressive, selon un échéancier prévu à l’avance. Le taux périodique est l’un des éléments qui permet de connaitre le montant à rembourser à chaque échéance.
Il faut tenir compte du montant total du prêt, de sa durée et des éventuels frais d’assurance.
Il y a deux types de taux périodiques :

  1. Le taux périodique équivalent
  2. Le taux périodique proportionnel

Le taux périodique équivalent est utilisé pour calculer les intérêts comprenant le capital et les intérêts ajoutés mais non perçus directement.
Le taux périodique proportionnel permet de calculer les intérêts concernant uniquement le capital.
Dans les deux cas, le taux périodique doit être le même que le taux annuel.

Calculer les intérêts en demandant un devis

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.