Cybersécurité : la CNIL autorise les expérimentations sur la reconnaissance vocale

Cette semaine, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) a autorisé pas moins de neuf banques françaises à mener des expérimentations sur les systèmes d’authentification par reconnaissance vocale. Les banques concernées ont donc 1 an devant elles pour mener ce projet, afin de sécuriser et faciliter l’accès des consommateurs aux services financiers et aux paiements en ligne.

Cybersécurité et services bancaires en ligne

La sécurisation des moyens de paiement et d’identification est l’un des enjeux majeurs auxquels le monde bancaire doit réprendre, alors que la montée des nouvelles technologies est toujours aussi fulgurante. Seulement, les clients se sont habitués à des modes d’identification rapides et peu contraignants (mots de passe enregistrés dans le Cloud, connexion avec les profils de réseaux sociaux, …) qui ne répondent pas au niveau d’exigence sécuritaire particulier que requièrent les opérations bancaires.

L’authentification par reconnaissance vocale pourrait bien être l’une des solutions simples pour se connecter à sa banque via smartphone. Elle est peu contraignante, très rapide d’utilisation et a l’avantage de faire partie de ces mesures biométriques très difficiles à falsifier. Seulement, tout comme Samsung se heurte à quelques problèmes sur la reconnaissance faciale de son Galaxy S8, les banques pourraient se casser les dents sur une technologie où la fiabilité à 100% est difficile à atteindre, alors qu’elle est une exigence absolue en matière de cybersécurité.

Cybersécurité authentification vocale - illustration Cortana

Etudier la réaction du public et le niveau global de risques

Outre la mise à l’épreuve des technologies de reconnaissance vocale utilisées, il va s’agir pour les banques de tester la réception du public de cette nouvelle méthode. En effet, l’authentification par empreinte digitale a été assez vite reléguée au second rang face au taux d’équipement faible des smartphones en capteurs d’empreintes au niveau mondial : ces derniers sont en effet réservés aux mobiles haut-de-gamme. L’authentification par reconnaissance vocale pourrait être utilisée sur tous les smartphones du marché, ainsi que sur certains produits “wearables” tels que les montres connectées.

Les premières banques à maîtriser cette technologie auront en tout cas un avantage comparatif sur le reste du marché. Est-ce que la révolution viendra d’une FinTech de génie comme on en voit régulièrement ? Ou est-ce que certaines startups & projets à la pointe comme N26, Compte Nickel ou Max, l’assistant mobile financier récemment annoncé par le Crédit Mutuel Arkéa, arriveront à trouver la réponse avant tout le monde ? Il reste en tout cas du chemin à parcourir en cybersécurité.

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.