Protection de données : Un grand défi pour les banques en 2018

Face au contexte de digitalisation historique qui s’opère au niveau mondial, l’Union Européenne a décidé en 2016 de renforcer la Protection des Données Personnelles (PDP). Bien entendu, le secteur bancaire n’est pas épargné et doit s’adapter, ce qui n’est pas sans conséquences. Tour d’horizon sur le grand défi qui attend les banques en 2018.

Les directives de l’Union Européenne

D’après des projections, le volume quotidien de données traitées quotidiennement pourrait être multiplié par 40 d’ici l’année 2020, ce qui a poussé l’Union Européenne à prendre des dispositions afin que les données personnelles de chaque ressortissant soient protégées du mieux possible. Et il faut le reconnaître, le secteur bancaire est légèrement en retard dans ce processus de digitalisation, bien que quelques banques aient parfaitement opéré cette large mutation, à l’image d’ING Direct ou de la Net Agence de BNP Paribas.

securisation donnees personnelles

Un délai de deux ans a donc été laissé aux banques afin qu’elle puissent s’adapter convenablement à cette nouvelle réglementation qui se présente selon trois directives précises dont voici le détail.

  • En premier lieu, il s’agit du Know Your Customer (KYC) qui signifie Connaissez Votre Client en Français. Cette mesure vise à lutter de façon efficace contre le financement du terrorisme ou le blanchiment d’argent. Les banques se doivent donc d’en savoir davantage sur leurs utilisateurs, ce qui implique de fait une surcharge de données qui doivent être stockées et protégées.
  • Ensuite vient la gestion des données qui sont mutualisées et partagées entre plusieurs pays, comme dans le domaine industriel notamment. Ce partage de données étant particulièrement important en terme de transit et de volume, il est nécessaire que les entreprises fassent en sorte que ces données soient parfaitement sécurisées afin de ne pas tomber entre les mains des hackers.
  • Pour terminer, une directive concernant l’exploitation des données personnelles à des fins commerciales à été mise en place. Celle-ci porte sur le fait que ces données doivent être condensées et rendues anonymes afin qu’il soit impossible d’identifier une personne en particulier, à moins que cette personne en question n’ait exprimé son accord explicite au préalable.

Le chantier est donc particulièrement imposant pour le secteur bancaire qui se voit dans l’obligation de renouveler de façon complète sa façon de traiter les données personnelles de ses clients. En plus d’en demander davantage, elle doit mettre au point un nouveau système de sécurisation sous peine de se voir affligée une amende pouvant équivaloir à 4% de son chiffre d’affaire.

Les nouveautés en matière de Protection des Données Personnelles

Si des retards sont d’ores et déjà annoncés, cette directive laisse entrevoir une sécurité accrue des données personnelles et une façon de traiter ces dernières totalement novatrice qui aura de fait comme avantage de réduire le volume annuel de fraudes tout en garantissant une protection optimale des consommateurs.

Aujourd’hui, de nombreux systèmes de sécurisation des données personnelles sont à l’étude, dont certaines verront le jour incessamment sous peu. Cela est par exemple le cas de la Wallet Card, une carte bancaire révolutionnaire qui se veut intelligente et connectée. Mais d’autres nouveautés sont également à prévoir, parmi lesquelles l’identification biométrique, considérée comme infaillible, qui permettra de protéger les données grâce à une reconnaissance faciale.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.