La Banque Postale se paye KissKissBankBank, poids lourd du crowdfunding

La Banque Postale prendrait-elle un nouveau virage, en pleine vague de digitalisation du secteur bancaire ? C’est possible … le groupe bancaire a confirmé mardi 27 juin l’acquisition de KissKissBankBank & Co. Ce sont au total trois sites de financement participatif qui vont tomber entre les mains de la banque traditionnelle : KissKissBankBank, Hellomerci et Lendopolis. Quelles sont les raisons de cette transaction ?

 

La Banque Postale cherche à toucher de nouveaux marchés

Créé en 2009, KissKissBankBank est un acteur très connu du grand public, puisqu’il est associé à une tendance récente dans l’histoire du prêt d’argent : le crowdfunding, et son cousin le crowdlending. Aux côtés d’autres plateformes comme Wiseed, Ulule ou GoFundMe, KissKissBankBank fait partie de ces plateformes de financement participatif qui ont donné un coup de fouet à l’économie française, en facilitant l’accès à la liquidité. Le principe est très simple : des projets sont présentés de manière claire et synthétique sur la plateforme, où des contributeurs peuvent choisir de soutenir grâce à quelques euros le projet qui leur semble intéressant. On estime que le crowdfunding a financé des projets à hauteur de 320 millions d’euros en 2015 : une somme qui place la France en deuxième position des pays ayant le plus recours au crowdfunding, juste derrière nos voisins britanniques.

La Banque Postale s’intéresse de plus en plus près au monde de la FinTech. Les acquisitions de services et plateformes innovantes sont un excellent moyen de faire peau neuve pour les établissements traditionnels, sclérosés par leur surpoids administratif. De plus, la Banque Postale devrait aussi mettre la main sur la base de données clients de KissKissBankBank et des sites associés : une aubaine pour prospecter de nouveaux clients, et améliorer ses propres services de financement.

Après l’annonce d’un mot de passe biométrique, d’une réorientation de l’offre Banque Postale vers le mobile, et le lancement d’un grand plan consacré à l’éducation aux nouvelles technologies, la Banque Postale fait donc un pas supplémentaire dans sa transformation digitale, et s’affirme comme une banque qui embrasse la modernité.

campagne en cours kisskissbankbank - illustration

KissKissBankBank veut continuer l’aventure

Pour la plateforme de crowdfunding, ce rachat par la Banque Postale est une occasion de financer son expansion. Dans un contexte où les plateformes de crowdfunding se multiplient d’année en année, il est devenu très difficile de subsister : il faut se réinventer en permanence, sous peine de tomber derrière le peloton.

Pour Vincent Ricordeau, l’un des fondateurs de KissKissBankBank, « la force du réseau [de la Banque Postale] va permettre d’accélérer le travail de pédagogie » que KissKissBankBank effectue « en solo depuis quelques années ». Il va être plus simple d’atteindre les cibles marketing que représentent les particuliers, mais aussi les entreprises, associations et autres acteurs territoriaux.

Le soutien financier est donc le bienvenu : il va permettre à une société à grosse notoriété mais petite taille de continuer à se battre sur un marché qui est devenu extrêmement concurrentiel en peu de temps.

 

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.