Comment se porte le marché de l’emploi dans le secteur bancaire ?

Les bouleversements survenus dans le secteur bancaire ont impacté le marché de l’emploi. La transformation digitale et l’évolution des attentes des consommateurs ont modifié nos emplois bancaires. Certains emplois traditionnels disparaissent ou sont fragilisés. D’autres métiers et savoirs-faire émergent.

Bilan de l’emploi dans le secteur bancaire

la situation de l'emploi dans le secteur bancaire La révolution numérique n’a pas seulement impacté les produits bancaires et nos process. Elle a complètement bouleversé tout le secteur bancaire français. Ainsi que ses emplois.

L’apparition de banques en ligne, FinTechs et autres start-ups, beaucoup de nouveaux métiers sont nés. L’utilisation des nouvelles technologies, des données (data en anglais), le développement de supports numériques (interfaces, applications, process, algorithmes) ont donné lieu à une pléthore de nouveaux métiers.

Et donc de nouveaux emplois. Ingénieurs, informaticiens, développeurs … sont très recherchés dans ce domaine.

D’abord des suppressions d’emplois et d’agences

A l’arrivée de la transformation digitale, on entendait beaucoup parler de suppressions de postes et de fermetures d’agences. En effet, de nombreuses agences ont fermé. BNP Paribas vient d’ailleurs d’annoncer une autre fermeture de 10% de réseau d’agences, soit 200 sur le territoire. La Société Générale en fermera 300 en 2018. Et la BPCE a aussi annoncé la fermeture de 400 de ses agences.

Au final sur 380 000 emplois dans les agences bancaires en 2011, 10 000 ont été supprimés.

Ensuite un recrutement très important de nouveaux talents

Cependant, tout n’est pas noir. Si l’on compare les créations d’emplois par rapport à la suppression, le bilan est positif.

Les banques traditionnelles cherchent à rationaliser leurs coûts. Les taux d’intérêts des emprunts qui plafonnent à des taux historiquement bas ne contribuent pas à leur bonne santé économique. Certes, cela relance l’économie mais cela n’aide pas à l’embauche chez les banques.

D’un autre côté, les banques en ligne ne disposent pas d’agences physiques mais disposent d’équipes solides, quoique réduites, pour répondre aux besoins de leurs clients.

Le développement de métiers en marge de la finance

Comme indiqué plus haut, de nouveaux métiers sont apparus. Au premier abord, ils n’ont pas grand chose à voir avec la finance. Que viendrait faire un développeur informatique dans une banque aurait-on dit il y a 20 ans ? Ils sont désormais les sésames de nos enseignes en ligne.

De nombreux professionnels de la finance créent également leurs entreprises de courtage ou de gestion de fonds par exemple. Ils sont moins attirés par les grandes banques traditionnelles et cloisonnées. Leur statut se rapproche plus de l’auto-entrepreneur que de l’employé de banque.

Tous les métiers reliés à la data, aux données, sont également très prisés. A l’heure où nos comptes et toutes nos informations sont connectés, reliés, les métiers du data management sont très précieux. De même, l’intelligence artificielle est de plus en plus présente sur le marché bancaire : certains robots utilisent le big data pour faire des calculs et arriver à des conclusions monétaires.

Les métiers du back office et du secrétariat d’agence sont également en plein boom. La communication de ces nouvelles enseignes est un vivier dynamique de nouveaux emplois également.

Une récente étude de Pole Emploi montre que le recrutement dans le secteur bancaire a fortement augmenté ces 4 dernières années. Les plus concernés sont les bac+4 et bac +5, main d’oeuvre très qualifiée pour développer de nouveaux outils.

Les métiers et savoir-faire changent et évoluent avec la société, à nous de nous adapter pour surfer cette vague de nouveautés !

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.