Orange Bank : un trublion rentre dans la danse ?

Comme nous l’évoquions déjà dans l’un de nos précédents articles, Orange Bank se prépare à rentrer sur le marché de la banque en ligne. L’expert français des télécommunications a décidé de se rapprocher sur secteur bancaire en guise de relais de croissance, suite au recul de son chiffre d’affaires enregistré sur 2016 (-1%) sur ses activités historiques. En effet, le marché des télécoms arrivant à maturité, Orange craint de rester sur un marché en saturation et qui peine à se renouveler, à apporter une nouvelle valeur ajoutée au client. C’est pour ces raisons qu’à la mi-mai, si tout va bien, nous assisterons à la naissance d’Orange Bank, une néobanque qui souhaite vite jouer dans la cour des grands. Le pari est certes risqué – probablement le plus risqué de Stéphane Richard depuis son arrivée à la tête du groupe en 2011 – mais l’enjeu est de taille : il faut sortir du cercle vicieux du marché des télécoms.

Orange Banque arrive !

Un relais de croissance nécessaire

Malgré sa bonne santé économique, Orange a senti passer l’arrivée de Free sur le marché télécom en 2012. Peut-être même que la société a pris conscience du faible poids des relais de croissance dans son mix budgétaire. Toujours est-il que Stéphane Richard n’a pas totalement digéré l’affront de Free, qui a plombé le marché à coups de forfaits à 2€. Ironie du sort, c’est en faisant référence à sa bête noire que le PDG de l’ex-France Télécom confirmait début 2016 son intention de se lancer de la banque.

Pour sortir de ce marché mature des télécoms, chacun sa méthode : SFR a lancé une grande campagne de rapprochement avec le monde du sport. Bouygues peut déjà compter sur la force des autres activités du conglomérat. Orange a fait le choix de la banque en ligne, et espère atteindre le seuil de 2 millions de clients à l’horizon 2025. Le groupe n’en est pas à ses premières expériences dans le secteur financier : le service Orange Bank est déjà lancé en Pologne, et devrait s’étendre à d’autres payes d’Europe de l’Est en cas de succès. Le service de paiement Orange Money compte déjà, quant à lui, plus de 29 millions de clients en Afrique pour une croissance record de son chiffre d’affaires.

La popularité ne fait pas tout

À un peu plus d’un mois de son lancement, Orange Bank bénéficie déjà d’une excellente reconnaissance de la population. D’après une étude réalisée par le cabinet Simon-Kucher en Février 2017 auprès de 1054 personnes, environ 36% des Français connaissent déjà l’enseigne. Ce résultat est grimpe à 51% parmi les sondés qui sont déjà clients d’une banque en ligne. Si les résultats traduisent certainement d’un rejaillissement de la réputation d’Orange sur sa filiale bancaire, ils sont aussi encourageants pour les débuts de la marque.

Cependant, il reste beaucoup de chemin à faire ! Car c’est peu dire que les Français font preuve de scepticisme quant à l’arrivée d’Orange sur le marché de la banque en ligne. Pire, les deux tiers d’entre eux ne pensent pas qu’Orange soit légitime en tant qu’établissement bancaire. Et pourtant, au-delà du simple agrément du régulateur bancaire français (préalable indispensable), Orange Bank s’appuie sur un Groupama Banque, un établissement de « bancassurance » dont Orange est devenu propriétaire à 65% en 2016.

Peut-être qu’avec l’aide de la loi Macron pour la mobilité bancaire, entrée en vigueur le 6 février 2017, Orange Bank parviendra à atteindre ses objectifs de recrutement. Le défi reste de taille, car ING Direct et Boursorama, leaders de la banque en ligne française, n’ont pas encore dépassé le million de clients après de nombreuses années d’existence.

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.