K-Bank : l’enthousiasme autour des banques en ligne est-il mondial ?

Sur BanquesEnLigne.org, nous abordons très souvent l’état du marché de la banque en ligne au niveau français, voire européen, certaines banques étant présentes dans plusieurs pays de la zone européenne. Une fois n’est pas coutume, nous allons cette fois-ci nous tourner vers l’Asie, et plus précisément vers la Corée. Car ce lundi 3 avril 2017, une nouvelle banque en ligne a ouvert ses portes dans la péninsule : la K-Bank. Et ce fait est très marquant puisque c’est la première banque en ligne qui ouvre ses portes virtuelles dans ce pays. Cette inauguration est révélatrice de l’enthousiasme du secteur financier autour des banques en ligne, au niveau mondial.

K-Bank-keynote

L’innovation en ligne de mire

L’ouverture de la K-Bank est une bonne nouvelle pour le secteur financier sud-coréen, qui se bat actuellement contre un ralentissement manifeste de la croissance économique, et la difficulté de dégager des marges suffisantes. Pour contrer ces difficultés – auxquelles nous, européens, sommes également habitués – les grands groupes ont misé sur les FinTech. C’est donc en toute logique que le gouvernement a donné son feu vert pour l’ouverture de deux banques en ligne. La K-Bank, fondée par un consortium de 21 sociétés dont la KT Corp. et la Woori Bank, est la première à avoir été inaugurée en grandes pompes ce 3 avril. Elle dispose d’un capital de départ de 224,5 millions de dollars, que ses 200 employés auront la charge de faire fructifier. La seconde, Kakao Bank, devrait être mise en service dans les mois à venir.

D’après le Président de la Commission des Services Financiers coréens (FSC), Yim Jong-Yong, les banques en ligne « apportent de l’innovation au-delà de la concurrence ». À travers leurs offres de services bancaires et financiers qui s’affranchissent d’un réseau d’agences physiques, les banques en ligne proposent un nouveau modèle économique. Or, ce modèle pourrait avoir l’effet d’une bombe au milieu des offres tarifaires existantes, à l’image de Free lors de son entrée sur le marché de la téléphonie mobile en 2012. Le nerf de la guerre, c’est en effet de proposer une solution viable économiquement, et qui repense le rapport du secteur bancaire à sa clientèle.

Le consommateur au cœur de K-Bank

En ciblant principalement les internautes de 20 à 49 ans, la K-Bank souhaite toucher une clientèle déjà digitalisée. Services de dépôt ordinaire, dépôt à terme, crédits, … la nouvelle banque en ligne souhaite assurer l’essentiel des opérations courantes avant de se lancer sur des requêtes plus spécifiques, un peu à l’image de ce que la néobanque N26 est en train de réaliser en Europe. Et pour ce faire, K-Bank opte pour un positionnement agressif : son taux d’intérêt annuel, à 2,72%, la place 1 à 2 points de pourcentage en deçà du taux d’intérêt moyen proposé par les banques commerciales traditionnelles. Ces dernières affichent généralement des taux annuels qui tournent entre 3,61 et 4,73%.

L’économie réalisée sur les agences physiques permet aussi à K-Bank de mieux rémunérer ses clients : son offre « Mini K Minus Account » offre un taux d’intérêt annuel de 5,50% et des facilités d’emprunt pour coller au plus près des attentes de ses consommateurs. Une performance qu’il convient de souligner, surtout quand on sait que le taux d’inflation coréen est d’ordre similaire à celui de l’Hexagone (respectivement 1,91% et 1,21% en février 2017).

K-bank-building

Conclusion

La révolution des banques en ligne ne se cantonne pas à notre monde européen auto-centré, et essaime dans des régions du monde variées. Le fait que la K-Bank soit issue d’un consortium de 21 grandes entreprises coréennes illustre bien l’espérance que le secteur financier place dans ce relais de croissance que représentent les FinTech. Est-ce à tort ou à raison ? L’avenir nous le dira, mais l’expérience d’ING Direct, BforBank ou d’autres cadors semble appuyer nos amis coréens dans leurs choix stratégiques.

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.