Revolut : La banque mobile britannique lève 250 millions de dollars

Revolut, la néo-banque britannique, lève 250 millions de dollars auprès d’investisseurs dont le fonds russe DST Global. En moins d’un an, cette banque sur smartphone a multiplié sa valorisation par cinq et se présente comme “l’alternative digitale de la banque”.

Une nouvelle licorne

A l’origine, en 2015, Revolut était seulement une application mobile et une carte de paiement pour régler dans des dizaines de devises sans frais de change. Elle veut devenir une banque de plein exercice et c’est déjà une nouvelle licorne à savoir une entreprise en hyper-croissance, non cotée en Bourse, et qui vaut plus d’un milliard de dollars. Cette levée de fonds de 250 millions de dollars lui permet de franchir le cap du milliard et d’atteindre une valorisation de 1,7 milliard de dollars. Depuis sa création, Revolut a déjà levé 340 millions de dollars (278 millions d’euros) et devient la première licorne des néo-banques en Europe.

De nouveaux investisseurs

Cette start-up financière, ou fintech, compte donc de nouveaux investisseurs (DST Global) à côté des “anciens” comme Index Ventures et Ribbit Capital, de grands acteurs de la Silicon Valley. Revolut est en concurrence avec d’autres néo-banques étrangères comme l’Allemande N26 lancée officiellement en France en janvier 2017 ou TransferWise qui a également réalisé une levée de fonds de 280 millions de dollars pour une valorisation de 1,6 milliards de dollars. Mais cette dernière a évolué sur sept ans alors que Revolut l’a fait en trois ans.

Des objectifs ambitieux

Née en juillet 2015, cette start-up promet une ouverture de compte courant en 60 secondes et a déjà 2 millions d’utilisateurs. Elle a pour objectif d’en avoir 100 millions d’ici 2023. C’est très ambitieux ! Pour comparaison, Orange Bank vise 2 millions de clients en France d’ici 10 ans et BNP Paribas en compte 18 millions en France, Belgique, Luxembourg, Italie… Mais en trois ans, Revolut a déjà 1,8 millions d’utilisateurs dont 220 000 en France (le deuxième pays en nombre d’utilisateurs derrière le Royaume-Uni). 250 000 clients sont actifs au quotidien et 800 000 le sont chaque mois. Elle enregistre entre 6 000 et 8 000 nouveaux clients chaque jour.

Les 250 millions de dollars vont servir à l’expansion de Revolut qui entend couvrir les marchés de l’Amérique du Nord, Singapour, Hong Kong, de l’Inde et de l’Australie d’ici la fin de l’année. Elle est déjà présente dans 31 pays européens dont 28 de la zone euro et possède huit bureaux sur le continent. Les fonds vont également servir à recruter des ingénieurs et des designers plutôt qu’à faire du marketing et passer de 350 à 800 salariés d’ici la fin de 2018.

Des services exclusivement en ligne

Cette énorme inégalée en Europe s’explique par une expansion tournée uniquement vers les besoins des utilisateurs. Revolut ne fait pas de publicité et le bouche à oreille fonctionne très bien.

La fintech propose une carte bancaire et un compte courant gratuits, des virements et transactions en devises sans commission ainsi que des produits optionnels comme un compte Premium, une assurance voyage géolocalisée payée à la journée, des crypto-monnaies (bitcoin, ether et litecoin) stockables sur son compte, des assurances pour téléphone mobile mais aussi des cartes virtuelles éphémères pour payer sur Internet en toute sécurité… Revolut permet de payer dans plus de 150 devises étrangères sans frais, de détenir et d’échanger 25 monnaies différentes, d’effectuer des virements domestiques et internationaux au taux de change réel.

Elle cible avant tout les services sur lesquels les banques se font le plus de marge et propose des offres attractives. Elle espère proposer des produits financiers plus classiques dès qu’elle aura obtenu la licence bancaire européenne.

Sim