La néobanque britannique Revolut lève 66 millions de dollars

Vous êtes désormais tous familiers avec N26, la célèbre néobanque allemande que nous évoquons régulièrement dans nos pages, et qui est promise à un bel avenir. Découvrez désormais Revolut, sa concurrente venue de l’autre côté de la Manche avec une offre similaire, mais néanmoins différente sur plusieurs points. Cette banque mobile fait beaucoup parler d’elle en ce moment car elle vient de boucler une levée de fonds imposante, à 66 millions de dollars.

Le Mobile Banking est décidément à la mode

Revolut fait partie des Mobile Banks, ces groupes bancaires qui se développent actuellement à l’ombre des grandes banques traditionnelles et des banques en ligne qui nous sont familières. Cette start-up, qui appartient au groupe des FinTechs – ces jeunes pousses financières innovantes -, a réussi la prouesse de lever 66 millions de dollars auprès de grands noms tels que Balderton Capital, Ribbit Capital et Index Venture. Depuis le début de l’aventure, ce sont pas moins de 83 millions de dollars qui ont été levés par Revolut pour pérenniser son développement.

Revolut, c’est l’histoire d’une idée : celle de s’affranchir progressivement des groupes bancaires traditionnels, pour concentrer tous ses services au sein de son smartphone. À la base, l’application ne permettait que d’envoyer et recevoir de l’argent dans des devises diverses et variées. Mais petit à petit, l’appli s’est transformée en acteur bancaire à part entière, avec le développement de toute une panoplie de services que l’on retrouve dans toutes les banques du secteur : compte en banque, carte bancaire, et même services de crédit.

La principale différence de Revolut par rapport à N26, c’est que la banque mobile britannique propose d’ouvrir trois comptes : un pour chaque devise majeure du monde occidental (dollar, euro et livre sterling). Il est donc possible de transférer son argent au taux en vigueur entre ses comptes, et ce sans aucun frais. Une offre incontestablement pratique pour les expatriés de part et d’autre de l’Atlantique Nord, ou les voyageurs les plus assidus.

revolut - illustration

Quelle trajectoire pour les mois et années à venir ?

Pour l’heure, Revolut est déjà forte de pas moins de 700 000 inscrits. Un chiffre considérable par rapport à la moyenne de clients sur le reste du marché. L’appli a encore une multitude de projets en tête : introduire la gestion des actions et obligations grâce à une fonction “portefeuille de titres”, et même intégrer des crypto-monnaies telles que le Bitcoin ou l’Ethereum dans ses devises prises en charge.

Grâce à ces 66 millions d’argent frais, Revolut peut désormais s’attaquer à la conquête de nouveaux marchés, notamment à l’étranger. En ligne de mire, on retrouve principalement l’Amérique du Nord, mais aussi l’Asie, très consommatrice de produits mobiles en raison de la forte influence du smartphone.

Cette somme d’argent la place aussi hors d’atteinte de ses concurrents directs, du moins pour l’instant … le risque de faillite ou le manque de fond de roulement est effectivement écarté, mais la stratégie à long terme pourrait se révéler périlleuse à mettre en place, avec tous les grands groupes bancaires qui lorgnent de prêt sur la réussite des plus petits.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Note : les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.