14 millions de dollars pour Tide, la banque mobile des PME britanniques

Une nouvelle levée de fonds pourrait bien faire du bruit sur le marché de la FinTech européenne, et cette fois-ci, ça se passe de l’autre côté de la Manche. Tide, une jeune entreprise britannique, vient de boucler une belle levée de fonds. Quel est son historique, et quels sont ses objectifs ?

Qui est Tide ?

La petite FinTech Tide est une entreprise fondée en 2016 par 9 collaborateurs, et qui souhaite repenser l’offre de services bancaires en ligne à destination des PME. On ne peut pas s’intéresser à Tide sans penser immédiatement à Qonto, son alter-ego français, auquel nous avons consacré un article hier à l’occasion de sa récente levée de fonds.

En parlant de levée de fonds, Tide fait irruption sur le devant de la scène internationale grâce à une levée de 14 millions de dollars en série B, réalisée auprès d’Anthemis. Creandum et LocalGlobe ont également participé à ce tour de table hors du commun. Tide s’était déjà illustré en juillet 2016, à l’occasion d’une levée de fonds chiffrée à 2 millions de dollars.

Tide veut offrir un compte courant facilement accessible, tout comme Qonto … mais veut aussi aller plus loin. La start-up se propose d’améliorer la gestion administrative quotidienne, grâce à une automatisation des tâches routinières. Il serait donc possible de déclencher des opérations financières sur un simple scan de facture, à partir du moment où le destinataire et la somme à payer sont bien renseignés.

Tide ne dispose pas de sa propre licence bancaire. Et chose rare dans l’univers de la FinTech, elle n’envisage pas d’en obtenir : la jeune pousse est en effet adossée à Barclays, qui détient l’argent ; Tide ne s’occupe que des transactions.

tide multicanal - illustration

Que va faire la start-up de cette levée de fonds ?

Dans un premier temps, Tide a annoncé son intention de croître en taille : ses effectifs londoniens pourraient être multipliés par 2 d’ici fin 2017. Ces recrutements auront pour conséquence d’accélérer le processus de développement, que ce soit en termes de marketing ou de conception technique.

Prochaine étape : le développement d’une base client suffisante pour arriver au seuil de rentabilité … et peut-être l’extension à d’autres pays européens.

 

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.