Crowdfunding Immobilier

Reposant sur le principe du financement participatif de projets immobiliers, le crowdfunding immobilier connaît une solide expansion depuis quelques années et fait intervenir 3 acteurs principaux que sont le promoteur immobilier, le contributeur et la plateforme de crowdfunding.

Bien plus rentable que les placements traditionnels tels que les livrets d’épargne, le crowdfunding immobilier affiche des rendements d’investissement pouvant varier entre 3 et 12 % annuels. La plateforme Bricks s’impose comme un leader du marché.

Le crowdfunding immobilier est idéal pour générer de revenus complémentaires, il ne s’agit pas pour autant d’un mode d’investissement sans risque avec d’éventuels non-remboursements ou perte de capital à la clé. Toutefois, la prise de risque sera ici moindre par rapport aux investissements sur les marchés financiers.

En plein développement, le crowdfunding peut aujourd’hui être effectué via différentes plateformes d’investissement d’une grande fiabilité et tout à fait compétentes pour réduire au maximum le risque. Que faut-il savoir sur le crowdfunding avant de se lancer ?

Notre choix 2022 en terme de crowdfunding immobilier

NOTRE NOTE :
4.3/5
Rendement moyen actuel : 9.3%

Le Crowdfunding Immobilier, qu’est-ce que c’est ?

crowdfunding immobilier

Apparu il y a moins de 10 ans, le crowdfunding immobilier est la parfaite synthèse entre le concept de financement participatif et la promotion immobilière dans sa forme classique.

Si le crowdfunding était destiné à l’origine à lever des fonds pour financer des causes sociales et communautaires, le crowdfunding immobilier apparaît comme une solution innovante pour financer un projet immobilier face aux limites des institutions financières et à la réticence des banques à prendre des risques et leur tendance à pratiquer des taux d’emprunt élevés.

Dans ce contexte, le crowdfunding apparaît comme une réelle opportunité, pour de nombreux particuliers, d’investir des fonds dans la réalisation d’un projet immobilier et d’en récolter des bénéfices en proportion de leur investissement initial. Chaque investisseur pourra choisir le type de projet répondant à ses propres critères et à ses objectifs. À l’image de Homunity, Bricks, WeShareBonds ou encore Les Entreprêteurs, plusieurs plateformes permettent aujourd’hui de réaliser ce type de financement.

Investir, en règle générale, comporte des risques et le crowdfunding immobilier en comporte à différents niveaux. Pour le particulier souhaitant se lancer dans ce domaine, il est primordial de s’assurer en premier lieu que la plateforme sur laquelle il s’apprête à investir des fonds dispose d’un agrément de l’Agence de régulation des Marchés Financiers (AMF).

Une bonne analyse du marché immobilier et l’exploitation des conseils de spécialistes peuvent également éviter les investissements sur des projets immobiliers peu ou pas rentables. Le particulier se doit d’être regardant sur tous les projets qui lui sont proposés et ne devra pas hésiter à se renseigner sur les conditions de vente ou d’achat ou encore sur la localisation du bien immobilier en question.

Pourquoi investir en crowdfunding ?

Si le crowdfunding immobilier rencontre un succès croissant, c’est qu’il s’agit d’un mode d’investissement à la fois innovant et particulièrement attractif pour les investisseurs.

Tout d’abord, le crowdfunding immobilier affiche des rendements bien supérieurs à ceux des placements traditionnels tels que les livrets d’épargne. Alors que le Livret A dispose d’un taux d’intérêt de 0,75% net, les rendements associés au crowdfunding immobilier peuvent varier entre 3 et 12 % par an. De fait, ce mode d’investissement s’affirme comme un excellent moyen de générer des revenus complémentaires.

La plateforme Bricks est leader sur ce segment. Elle permet de générer des rendements élevés avec des risques faibles. Consultez notre avis détaillé ici.

Le crowdfunding immobilier présente, de plus, un niveau de risque inférieur à celui des investissements sur les marchés financiers. De fait, ce mode d’investissement représente un excellent compromis entre le rendement et le risque.

Alors qu’investir dans l’immobilier requiert un capital de départ et que les placements boursiers nécessitent de solides connaissances, le crowdfunding immobilier apparaît clairement comme une sérieuse opportunité de profiter de rendements importants sans pour autant avoir de compétences particulières sur le marché immobilier.

Pour se convaincre de la pertinence d’investir dans le crowdfunding immobilier, il faut savoir qu’outre son niveau de rentabilité, ce mode d’investissement affiche un taux de défaut compris entre 1% et 0% en ce qui concerne les plateformes de crowdfunding immobilier les plus performantes. De plus, il s’agit avant tout d’un placement à court terme puisque les sommes investies le sont pour une durée moyenne d’un à 3 ans, sans commune mesure avec les investissements immobiliers classiques.

Les avantages du Crowdfunding Immobilier

Le crowdfunding immobilier présente de nombreux avantages pour ses trois principaux acteurs que sont les promoteurs immobiliers, les contributeurs ainsi que les plateformes de crowdfunding.

Voici ci-dessous les atouts majeurs pour chacun de ces intervenants :

Pour les promoteurs immobiliers :

  • L’opportunité de réunir les fonds nécessaires à leurs projets immobiliers dans des délais très courts
  • La possibilité d’obtenir un financement à taux attractif
  • Une campagne de financement confiée à une plateforme de crowdfunding compétente et agréée

Pour les contributeurs :

  • Des bénéfices annuels élevés en corrélation avec la somme investie
  • Des investissements de court terme
  • Des rendements pouvant atteindre 12 %
  • Une prise de risque limitée
  • Des réglementations imposées aux plateformes qui protègent les financeurs
  • Un outil efficace de diversification de ses placements
  • Des projets soigneusement sélectionnés par les plateformes

Pour les plateformes de crowdfunding :

  • Des commissions prélevées auprès des promoteurs immobiliers et des contributeurs
  • Une expertise mise à profit des autres acteurs
  • Un rôle de passerelle entre promoteurs et investisseurs

Quels sont les rendements du crowdfunding immobilier ?

C’est sans contexte l’un des meilleurs atouts du crowdfunding immobilier : ses perspectives de hauts rendements. Avec des taux de rendements pouvant dépasser les 10 % annuels, les 0,75 % nets du livret A ou de n’importe quel autre livret d’épargne font pâle figure.

Le crowdfunding immobilier affiche également un rendement supérieur à celui du crowdlending. En effet, ce mode d’investissement consistant au prêt d’un montant d’argent à un porteur de projet qui va ensuite rémunérer l’investisseur à travers des intérêts ajoutés au remboursement des sommes prêtées ne propose que des rendements compris entre 5 et 8 %. L’exception à la règle est Bricks qui propose des rendements plus élevés.

Toutefois, comme évoqué précédemment, investir sur les plateformes de crowdfunding immobilier n’est pas sans risque. Cette catégorie d’investissement comporte effectivement un risque de non-remboursement ainsi que de perte en capital.

Il est néanmoins possible de réduire cette exposition au risque en suivant scrupuleusement les recommandations suivantes :

  • Etudier consciencieusement le dossier

Avant d’investir ses fonds dans un projet immobilier, il est vivement conseillé d’étudier le dossier en détails et notamment la localisation du projet et le degré d’attractivité de la zone.

  • S’assurer que le projet respecte la procédure légale

Pour que le projet immobilier soit viable, ce dernier doit disposer de toutes les autorisations d’urbanisme préalables telles qu’un permis de construire et l’intégralité des recours doit avoir été purgée.

  • S’informer sur le promoteur

Avant de s’engager auprès d’un promoteur, il sera judicieux de se renseigner sur son historique afin de vérifier son professionnalisme et si ce dernier n’a pas été défaillant par le passé dans le cadre d’un ou de plusieurs programmes immobiliers.

  • Diversifier ses investissements

Comme n’importe quel autre type d’investissement et afin de limiter la prise de risque, une stratégie de diversification est indispensable et il sera également sage de multiplier les projets comme les plateformes de crowdfunding.

  • Vérifier les compétences et l’agrément de la plateforme

Avant d’investir sur l’une des plateformes de crowdfunding, le particulier devra s’assurer que celle-ci dispose bien de l’agrément de l’AMF et du statut de conseiller en investissement participatif

Exemples d’investissement réussi

Dans la mesure où le crowdfunding immobilier n’existe que depuis quelques années, il est encore difficile d’évaluer les performances réelles de ce mode d’investissement. Toutefois, il existe d’ores-et-déjà différentes illustrations attestant de la pertinence d’opter pour le crowdfunding immobilier.

Proposé en mars 2015 sur la plateforme Wiseed, le programme immobilier « Les Allées du Marquis », constitué de 53 villas et maisons, a permis une levée de fonds de 600 000 €. Au terme de la première année, les investisseurs ont réalisé un gain de 9 % par rapport à leur investissement de base.

Lancé en juillet 2013, le programme de construction de la résidence « Cœur Saint Jean », à Toulouse, a permis de lever 210 500 € par le biais de la plateforme Lymo. Un an et demi plus tard, les investisseurs profitaient d’un rendement net de 10 % de leur investissement initial.

Même si les exemples d’investissements en crowdfunding immobilier ne manquent pas et que les défauts sont rares, il ne faut pas perdre de vue que la promotion immobilière reste un secteur exposé à différents risques, d’où la nécessité de diversifier ses investissements.

Dans quels types de projet investir ?

Pour mesurer à quel point le crowdfunding immobilier est en plein essor, il est utile de préciser que 54,8 millions d’euros ont été récoltés en 2016, soit un accroissement de 80 % par rapport à l’année précédente. Autre chiffre clé, pas moins de 38 projets ont été remboursés dans leur intégralité en 2016.

Bien plus qu’une simple tendance, le crowdfunding immobilier se révèle comme une source de financement innovante et permettant aux petites et moyennes entreprises de financer leurs projets dans les délais les plus courts. L’attachement à la pierre et le fait d’investir dans des projets tangibles expliquent un tel succès.

Pour les particuliers tentés par l’expérience du crowdfunding immobilier, il est important de s’assurer que le montant minimum de l’investissement soit en adéquation avec leur stratégie d’investissement. Plus concrètement, si les plateformes de prêts aux PME imposent dans leur majorité des cas un investissement minimal de 20 à 50 € en moyenne, le ticket d’entrée pour investir dans le crowdfunding immobilier démarre à 1000 € voire même à 5000 € pour certaines plateformes.

Quelle que soit la plateforme de crowdfunding immobilier choisie, l’investisseur devra impérativement diversifier les projets afin de limiter au maximum les risques de perte. De même, il sera judicieux de consulter l’historique des performances de la plateforme, qu’il s’agisse de son ancienneté, du nombre de projets proposés, leur durée moyenne, le montant total que la plateforme a financé sans oublier les taux de défaut et de retard affichés.

Comment investir en crowdfunding immobilier ?

investissement en crowdfunding immobilier

L’investissement immobilier peut se faire soit de façon directe par l’acquisition d’un bien immobilier neuf ou ancien, soit de manière indirecte via une émission obligataire notamment.

En direct, chaque investisseur va détenir des parts au sein d’une société civile de construction vente (SCCV) et va donc devenir automatiquement actionnaire auprès du promoteur. L’investisseur va alors se faire racheter ses titres avec une plus-value ne pouvant excéder un certain plafond.

L’investissement par le biais du crowdfunding immobilier s’effectue sous la forme d’une souscription de titres à travers différents montages possibles :

  • Prise de capital dans une holding prenant des parts dans une SCCV

L’investisseur va ici placer ses fonds dans une holding qui va prendre des parts dans une SCCV (Société Civile de Construction Vente). Cette dernière, fondée par le promoteur immobilier va prendre en charge la construction ainsi que la revente du bien immobilier. Du fait de la structure juridique de la SCCV, l’investisseur qui passe par une holding sera protégé en cas de faillite et ne pourra avoir une perte supérieure à son investissement initial.

  • Souscription d’obligations auprès d’une holding ayant des parts dans une SCCV

Dans ce cas précis, la holding va procéder elle-même à l’emprunt des fonds indispensables au financement de la SCCV par le biais d’une émission obligataire auprès des investisseurs.

  • Souscription d’obligations auprès d’une société par actions simplifiées (SAS)

Dans cette situation, ce sont les promoteurs qui vont créer une SAS dont le rôle majeur sera de gérer le chantier et de promouvoir le projet. Celle-ci va se charger également de la récolte des fonds via l’émission d’obligations auprès des investisseurs.

Dans le cas précis du crowdfunding immobilier, il s’agit ici d’un placement à court terme d’une durée moyenne comprise entre 1 et 3 ans. L’investisseur pourra ainsi, dans le cadre d’un investissement en actions sur une opération viable, récupérer des plus-values ou, s’il s’agit d’investissement en obligations, récupérer son capital initial auquel s’ajoutera les intérêts.

Pour les investisseurs tentés par l’expérience du crowdfunding immobilier, différentes plateformes sont à leur disposition. Parmi les principales figurent notamment WeShareBonds, Crédit.fr, WiSeed, Les Entreprêteurs ou encore Homunity.

A ce titre, la plateforme de crowdfunding immobilier Homunity a été lancée en 2016 et présente actuellement un taux de défaut de 0 % sur les 117 projets ayant été financés jusque-là.

La fiscalité associée à ces placements

Il est utile de préciser que depuis janvier 2018, l’ensemble des revenus immobiliers dont le crowdfunding fait partie est soumis au prélèvement forfaitaire unique. Il s’agit ici d’une imposition à deux niveaux, tout d’abord celui des prélèvements sociaux (17,2 %) et celui des prélèvements fiscaux (12,8 %).

Il est bon de souligner que la fiscalité associée aux investissements en crowdfunding immobilier est directement gérée par les plateformes elles-mêmes. De fait, chaque investisseur n’a strictement aucune action à mener dans ce domaine.

Générés à partir des plateformes de crowdfunding, les prélèvements fiscaux sont réalisés lors de chaque remboursement et font l’objet d’un reversement auprès du Trésor Public par le biais d’une déclaration de revenus de capitaux mobiliers.

L’investisseur se verra recevoir un imprimé fiscal unique (IFU) renseigné qui sera notamment utilisé par les services fiscaux pour pré-remplir la déclaration d’impôts de l’intéressé.

Quelle est la différence entre le crowdfunding et le crowdlending ?

Le crowdlending et le crowdfunding sont deux systèmes de financement participatif bien distincts. Alors que le premier va concerner un prêt, le second relèvera du financement direct.

Le crowdlending consiste ainsi à prêter des fonds à une personne, à une entreprise ou encore à un projet entrepreneurial ou artistique. Dans ce cas précis, le créditeur s’engage à procéder au remboursement des sommes prêtées dans une durée déterminée et à un taux préalablement défini.

Le crowdlending s’adresse tout particulièrement aux entreprises ou aux start-up déjà bien établies qui justifient déjà de revenus réguliers. Les taux pratiqués par ce biais sont de l’ordre de 6 à 10 %. A noter qu’il n’existe aucun avantage fiscal associé au crowdlending et les intérêts que reçoivent les investisseurs sont assujettis à l’impôt sur le revenu.

A l’inverse, le crowdfunding va consister dans la validation d’un projet par les investisseurs avec un dialogue entre ces derniers et les initiateurs du projet via les plateformes associées.

L’investisseur va ici directement participer à la concrétisation du projet. La campagne lancée peut tout à fait ne pas fonctionner de même que le projet peut ne pas être financé.

Le crowdfunding, également connu sous le terme de financement participatif est un excellent moyen pour les particuliers d’investir des fonds dans le financement de projets de PME françaises.

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.