Banque Offshore : Guide et liste des comptes offshore en 2020

Les stéréotypes ont la vie dure et contrairement à ce que croit un grand nombre de personnes, la détention d’un compte offshore n’a rien d’illégal et n’est pas non plus le privilège exclusif d’un petit groupe de privilégiés et de fortunés.

Pour tout particulier ayant pour projet de partir à l’étranger, en situation d’interdit bancaire en France ou qui travaille à l’international, ouvrir un compte offshore présente d’indéniables atouts. Dès lors que la finalité de cette catégorie de comptes n’est pas la dissimulation d’argent, être titulaire de ce dernier est une possibilité à envisager très sérieusement.

Qu’est-ce qu’un compte offshore ? Quelles sont ses caractéristiques principales et quelles sont les formalités à remplir pour en détenir un ? Autant de questions qui trouveront une réponse sur cette page.

Qu’appelle-t-on une banque offshore ?

Pour comprendre ce qu’est un compte offshore, il convient de préciser tout d’abord ce qu’est précisément une banque offshore. Une banque offshore est une banque localisée dans un pays où le titulaire d’un compte ne réside pas en temps normal.

De fait, les banques à dimension internationale et qui sont présentes dans plusieurs pays à l’image de HSBC peuvent être considérées comme des banques offshore. Dans la mesure où les idées reçues perdurent, beaucoup sont convaincus que ce type de banques ne se situe seulement que dans des pays exotiques comme le Panama. Certes, certaines juridictions ne disposant pas nécessairement de ressources naturelles propres privilégient la finance offshore pour drainer des capitaux.

Toutefois, parallèlement à ces pays qui permettent d’ouvrir des comptes offshore pour la manne financière qu’ils représentent, il existe des centres offshore à la solide réputation et qui sont situés à divers endroits du globe.

De fait, un compte offshore (« hors des côtes » en français) est un compte que le particulier va ouvrir dans un établissement bancaire hors de son pays de résidence. Ce compte a un principe de fonctionnement similaire à celui d’un compte ouvert dans une banque en France mais présente des avantages fiscaux et juridiques qui seront développés plus bas.

Précision légale
L’ouverture d’un compte offshore est tout à fait légale dès lors que ce dernier fait l’objet d’une déclaration auprès de l’administration fiscale française. Tout contrevenant à cette obligation s’exposera à des sanctions d’ordre pénal et financier

Banque Offshore : pourquoi y ouvrir un compte ?

Si certains contribuables français peu scrupuleux voient l’ouverture d’un compte offshore avant tout comme un moyen de soustraire une partie de leur patrimoine au fisc, force est de constater que cela serait réduire l’intérêt d’un tel type de compte.

Ouvrir un compte offshore possède d’indéniables atouts dont voici les principaux :

  • Gestion d’une succession
  • Préparation d’un investissement immobilier à l’étranger
  • Perception de dividendes
  • Protection du patrimoine
  • Contournement d’un interdit bancaire

De fait, il existe plus d’une bonne raison pour devenir titulaire d’un compte offshore. Dans le cas précis des particuliers en situation d’interdit bancaire en France, quand on connaît la complexité des démarches administratives pour retrouver ce droit à détenir un compte bancaire national, ouvrir un compte offshore est une option qui mérite d’être envisagée.

dossiers taxes finances et comptes offshore

Comment ouvrir un compte offshore ?

Avant d’ouvrir un compte bancaire offshore, le particulier doit préalablement s’assurer de la capacité de la banque offshore à maintenir ses informations personnelles strictement confidentielles et vérifier son niveau de crédibilité.

A l’occasion de l’ouverture d’un compte offshore, le particulier devra s’interroger sur la juridiction dans laquelle il souhaite ouvrir son compte. Il est important de souligner que celle-ci est une démarche qui exige du temps et qui se caractérise par sa complexité. Quelle que soit la banque offshore envisagée, les banquiers de ces établissements chercheront avant tout à assurer leur propre couverture si un problème venait à se présenter et exigeront, de la part du demandeur, un nombre conséquent d’informations, tout particulièrement en ce qui concerne l’origine des fonds.

De ce fait, le demandeur pourra s’orienter vers deux possibilités pour ouvrir son compte offshore :

  • Solliciter la banque offshore directement
  • Recourir à son propre prestataire ou faire appel à un prestataire offshore

Ouverture d’un compte offshore en direct

Si le demandeur opte pour la sollicitation directe, il devra s’acquitter des frais classiques de l’établissement et sera dans l’obligation d’aller directement sur place. L’un des intérêts principaux est que le demandeur sera l’unique personne à connaître la banque en question. Il faut toutefois noter qu’ouvrir un compte offshore est de plus en plus difficile dans les grandes places telles que Singapour, la Suisse ou encore Hong Kong et que le système de recommandation relève aujourd’hui d’une importance capitale et sous réserve de disposer d’un dossier attractif pour la banque offshore sollicitée.

Ouverture d’un compte offshore par un prestataire

Le fait de recourir à un prestataire offshore aura l’avantage d’éviter un déplacement et la démarche d’ouverture de compte pourra se faire auprès d’une agence locale de l’établissement en question à proximité. C’est le prestataire qui prendra en charge les différentes formalités d’ouverture de compte. Par ce biais, le demandeur devra débourser un montant pouvant atteindre les 2000 € et représentant pour une partie la commission du prestataire.

Une fois que l’ouverture du compte offshore sera validée, le demandeur recevra par voie postale l’ensemble des documents confirmant la procédure, les codes d’accès carte et online banking. Comme évoqué précédemment, il ne faudra pas oublier de mentionner cette création de compte au fisc.

A noter, les formalités exigées dans le cadre d’une ouverture de compte offshore demeureront assez simples et consisteront notamment à fournir une pièce d’identité en cours de validité et à réaliser un versement initial.

Quelle banque offshore choisir ?

Afin de bien choisir sa banque offshore, il sera nécessaire de prendre en compte un certain nombre de critères tels que la fiabilité de l’établissement, la stabilité de la juridiction considérée sans oublier les facilités offertes pour gérer son compte offshore en ligne.

Il faut souligner qu’un nombre croissant de banques offshore de qualité a fait son apparition au Moyen-Orient et ces établissements affichent un niveau de capitalisation n’ayant rien à envier à leurs homologues occidentaux.

Dans la réflexion qui animera le particulier souhaitant ouvrir un compte offshore, il ne faudra pas perdre de vue que quelle que soit la juridiction envisagée, il y aura systématiquement des banques à envisager et d’autres à fuir à tout prix.

L’établissement d’une liste des banques offshore les plus attractives sera d’autant plus difficile que plusieurs facteurs rentreront en ligne de compte et que le profil du client sera déterminant à ce sujet. De nombreuses banques, en Asie comme au Moyen-Orient, seront réticentes à ouvrir un compte bancaire pour un client dont les fonds déposés ne seraient pas du niveau de celui de leurs clients locaux. De fait, pour être sûr de pouvoir ouvrir un compte bancaire offshore, il est vivement recommandé de cibler en priorité les juridictions ayant un réel besoin d’argent comme ce fut le cas, par exemple, de Singapour il y a maintenant plus de 20 ans.

Est-ce légal de disposer d’un compte dans une banque offshore ?

C’est un fait : les comptes offshore souffrent d’une très mauvaise réputation due en grande partie aux nombreuses affaires de blanchiment d’argent et d’évasions fiscales. Néanmoins, à cent lieues de cette image sulfureuse, il est tout à fait légal d’ouvrir un tel compte mais à la condition de prendre certaines précautions pour éviter les mauvaises surprises.

En premier lieu et comme mentionné plus haut, tout compte bancaire détenu en France ou à l’étranger doit obligatoirement être déclaré à l’administration fiscale française.

De même, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et le terrorisme, il est tout à fait impossible de détenir un tel type de compte de façon anonyme et chaque titulaire de ce dernier devra justifier systématiquement son identité.

Comme la plupart des banques, les banques offshore appliquent des frais de gestion à ses clients et qui peuvent s’avérer importants tout comme le montant du versement initial minimum. Le demandeur a donc tout intérêt à s’informer préalablement sur les frais dont il devra s’acquitter à la suite de l’ouverture de son compte.

Si la détention d’un compte bancaire offshore est parfaitement légale, des précautions sont à prendre pour éviter de commettre un impair. Deux principaux cas de figure peuvent se présenter :

Pour les particuliers qui détiennent déjà un compte bancaire offshore, il faut savoir que l’AEOI (Echange automatique d’informations), qui a été signé par plus de 100 pays dans le monde, a été mis en place en 2017 et permet au fisc français de connaître tous les comptes offshore détenus par les résidents français.

Pour les personnes qui ont pour projet d’ouvrir un compte offshore privé ou professionnel, il est désormais impossible d’ouvrir ce type de compte « en toute discrétion » sachant que les principales juridictions habituellement envisagées pour l’ouverture d’un compte offshore telles que Chypre, Hong Kong ou encore le Liechtenstein font partie des signatures des accords AEOI.

billet chinois de 100 wuans et billet suisse

Où ouvrir un compte offshore en 2020 ?

A la différence notable avec les particuliers détenant un passeport américain, il est beaucoup plus simple pour un français et plus généralement pour un européen d’ouvrir un compte bancaire offshore.

Avant d’ouvrir un compte bancaire offshore, il est primordial de connaître les pays et régions les plus favorables et les juridictions ayant éventuellement des restrictions au regard de la loi française et/ ou européenne.

Au sein de l’Union Européenne, certains pays comme par exemple la Pologne ou la Hongrie possèdent un système bancaire caractérisé par une grande simplicité notamment dans le cadre de l’ouverture d’un compte offshore.

En Europe mais hors de l’Union Européenne, des pays en recherche active de capitaux étrangers à l’image de la Géorgie, du Monténégro ou encore de la Serbie sont également des destinations prisées dans ce domaine d’autant que ces derniers ne sont pas signataires des accords AEOI.

Pour avoir une vue globale des principales régions dans lesquelles ouvrir un compte offshore est judicieux (Europe, Moyen-Orient, etc …), le mieux est encore de faire un tour d’horizon des juridictions les plus prisées dans ce domaine.

Dubaï

Dubaï est sans conteste l’une des places financières fortes du Moyen-Orient. L’ouverture comme la gestion d’un compte offshore, à des fins personnelles comme professionnelles, se caractérisent par leur grande simplicité. L’un des principaux atouts de cette juridiction est l’absence de fiscalité, dispensant ainsi le titulaire d’un tel compte d’une double imposition.

Panama

Majoritairement tourné vers l’international, le Panama est l’une des juridictions majeures à l’échelle mondiale en ce qui concerne l’ouverture de compte offshore. Plébiscité tout particulièrement pour la domiciliation d’activités professionnelles, cette place est appréciée autant pour son faible niveau de taxation fiscale que pour sa législation bancaire des plus libérales.

Suisse

Longtemps considérée comme un paradis fiscal, la Suisse s’est engagée dans un grand combat contre le blanchiment d’argent et les normes bancaires y sont particulièrement exigeantes. Pour les personnes ne résidant pas dans le pays, il est très facile d’ouvrir un compte offshore Suisse même si beaucoup d’établissements bancaires sur place exigeront un versement initial minimum assez conséquent.

Gérer son épargne dans une banque offshore

Outil de diversification du patrimoine très efficace et qui permet également la détention de devises, la possession d’un compte offshore impose toutefois d’établir une stratégie soigneusement élaborée dans la mesure où les modalités de dépôts, d’utilisation d’une carte bancaire ou encore de rapatriement de fonds sont très particuliers.

Comme il a été précisé plus haut sur cette page, quelle que soit la juridiction envisagée, il sera indispensable, pour éviter certaines déconvenues, de s’interroger sur la stabilité du pays en question, sur l’existence de recours légaux en cas de difficulté avec le compte offshore détenu ou encore de s’assurer de la bonne accessibilité des fonds notamment à l’occasion de virements vers d’autres comptes étrangers.

A titre d’illustration, il faut savoir que certains pays ne sont pas dotés du système SEPA, ce qui peut poser des problèmes au moment de transférer son argent.

Les modalités de retrait d’un compte offshore vont notamment dépendre du montant de ce dernier. Si ce dernier ne contient que 10 000 € par exemple, le titulaire du compte pourra disposer de son argent facilement et à l’aide d’une carte de retrait quand l’établissement en propose une.

Si la somme détenue est bien plus importante et atteint plusieurs centaines de milliers d’euros, le retrait par carte bancaire sera impossible de même que la réalisation de virements sur un compte bancaire personnel. De fait, il s’avèrera très difficile d’utiliser ces fonds sur le territoire français.

Face à ces obstacles, le titulaire d’un compte offshore pourra envisager plusieurs solutions.

Investir dans une entreprise offshore à l’étranger, dans l’immobilier à partir d’une société offshore ou même déménager à l’étranger sont autant de possibilités d’utiliser les fonds détenus. Rien n’empêche également au client de faire fructifier l’argent de son compte offshore mais cette opportunité sera le privilège de personnes fortunées n’ayant pas un besoin impératif de ces fonds.

Liste de grandes banques offshore (mise à jour 2020)

NomPaysOuverture à distanceOuvert à tousDépôt minimumAssets
ASIE
Aba Bank Cambodge 100 $ 2.7 Md$
Access Bank Azerbaïdjan 490 M$
Asaka Bank Ouzbékistan 3 Md$
Bangkok Bank Thaïlande 1000 $ 96 Md$
Citibank Hong Kong Hong Kong 193000 $
1500 $ pour les résidents
23 Md$
Citibank Singapore Singapour 50000 $ 26 Md$
DBS Singapour 260000 $ 383 Md$
DBS Bank Hong Kong 25000$ 55 Md$
Golomt Mongolie 2.1 Md$
IBAR Azerbaïdjan 500$ 4.8 Md$
OCBC Wing Hang Hong Kong 1200$ 35 Md$
EUROPE
Ameria Bank Arménie 1.6 Md$
AND Bank Andorre 5 Md$
Bank Of Georgia Géorgie 5 Md$
Bank Winter Autrice 250000€ 590 M$
Banque Internationale Luxembourg Luxembourg 500000€ 26 Md$
Barclays Royaume-Uni 25000£ 1.5 T$
Credit Andorra Group Andorre
Sauf USA
300000€ 6.2 Md$
Evoca Bank Arménie 300  M$
Expat HSBC Bank Jersey 66000$ 806 M$
ING Pays-Bas 1.007 T$
Kaiser Partner Privatbank AG Liechtenstein 1000000$ 470 M$
Raiffeisen Privatbank Liechtenstein
Sauf USA
100000$ 370 M$
Sherbank Russie 487  Md$
Standard Bank Isle of Man Île de Man
Expatriés uniquement
6000$ 4.1 Md$
TBC Bank Géorgie 4 .8 Md$
AMÉRIQUES
Banco General Panama
Résidents uniquement
18 Md$
Bank of America États-Unis 100$ 1.971 T$
Bank of Montreal Canada 581 Md$
Bank of Nevis Saint Kitts et Nevis 10000$ 210 M$
Butterfield Bermudes 100$ 10.8 Md$
Chase États-Unis 2.5 T$
Marcus by Goldman Sachs États-Unis 500$ 916 Md$
Multibank Inc. Panama 30000$ 4.9 Md$
Santander Chili 200000$ 53 Md$
TD Bank États-Unis 996 Md$
AUTRES RÉGIONS
AfrAsia Bank Maurice 5000$ 3.5 Md$
Capital Security Bank Limited Îles Cook 20000$ 290 M$
First Abu Dhabi Bank Émirats Arabes Unis 815$ 202 Md$
Mauritius Commercial Bank Maurice 3000$ 8.6 Md$

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Note : les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.