La France plébiscite la banque en ligne et ses avantages

La France aurait-elle une longueur d’avance sur ses voisins européens et nord-américains ? Une fois n’est pas coutume, c’est ce que révèle une étude réalisée récemment par le cabinet américain eMarketer, spécialisé dans les études digitales. Environ 4 français sur 5 consultent leur banque sur Internet tous les mois, un score en moyenne supérieur à celui des autres pays de l’OCDE. Mais pourquoi le rapport entre les Français et la banque en ligne est-il en bonne santé ?

banque en ligne plébiscite france - illustration ile saint louis

La France en avance sur les services bancaires en ligne

La boutade persistante depuis des années est de dire que les Français sont systématiquement en retard sur leurs amis Américains. Conséquence probable de notre pessimisme collectif, cet adage est loin d’être vrai : la France peut se vanter d’être une terre d’innovation et d’entrepreneuriat, qui forme des ingénieurs prisés dans le monde entier. Il en est de même pour la banque en ligne, où la France n’est pas en reste : 80% des Français consultent leur banque en ligne une fois par mois, contre 69,3% aux Etats-Unis. Les observateurs estiment que la France a adopté la banque du XXIe siècle très rapidement, et ce n’est pas fini : les prévisions tablent sur 84% à l’horizon 2021.

Ce chiffre est à mettre en perspective de la barre des 10% de parts de marché, franchie par le secteur de la banque en ligne au début de l’année 2017. Car sur ce segment, la France est encore un petit peu à la traîne malgré de gros progrès. La fragmentation de l’offre pousse les consommateurs à s’émanciper des six principales banques en ligne françaises que sont ING Direct, Hello Bank!, BforBank, Boursorama, Fortuneo et Monabanq, et à aller chercher des offres complètement en adéquation avec leurs besoins. Ce sont les comptes pour entrepreneurs de Qonto, les comptes sans banque du Compte Nickel, ou encore les offres de Younited Credit … ou toutes les autres offres de services bancaires qui sortent de l’ordinaire.

Ce cluster important a été dynamisé par l’entrée en vigueur de la loi Macron sur la mobilité bancaire, au moins de février 2017. Même si elle ne fait qu’officialiser une réalité de fait qui était déjà assez répandue, l’effet d’annonce a poussé de nombreux Français à franchir le pas du changement de banque. Si nous manquons encore un peu de recul pour analyser l’impact de cette loi, les banques en ligne ont d’ores et déjà annoncé des résultats encourageants.

Des progrès sont encore possibles

Si les Français se distinguent de leurs voisins, c’est notamment parce qu’ils sont plus nombreux à gérer leurs finances directement en ligne. Et la tendance va évidemment s’amplifier, avec l’arrivée sur le marché bancaire des Millenials, ces jeunes de l’an 2000 qui sont ont grandi avec les récentes avancées technologiques entre les doigts. En 2017, ce sont plus de 88% des 18-34 ans qui utiliseront régulièrement un service bancaire en ligne.

D’après le cabinet eMarketer, ces bons chiffres du système bancaire français sont dus à la robustesse des principales banques de l’Hexagone, comparé à d’autres entités de la zone euro. Ces grandes banques ont su déployer des services numériques hautement sécurisés, afin de mettre en confiance leurs clients et accélérer le processus de transition vers une gestion dématérialisée de son budget. Mais tout n’est pas totalement rose : on dénombre seulement 52,5% d’utilisateurs de services bancaires sur smartphone, contre 72,2% aux Etats-Unis. Peut-être que cette mauvaise note s’améliorera dans les années à venir, grâce à l’essor des néobanques dont la banque berlinoise N26 pourrait faire office de figure de proue.

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.