Les nouvelles de l’été

C’est l’été, et comme souvent l’été, il ne se passe pas grand-chose dans le monde bancaire… Enfin, disons que les nouveautés sortent rarement l’été. A part peut-être les nouveaux conseillers, c’est vrai.

Dans les agences physiques, les banques ont pris l’habitude de profiter de vos vacances pour casser tout le travail que vous aviez réalisé avec votre précédent conseiller. La relation, qui tendait à devenir un peu plus humaine, a donc été volontairement cassée. De cette façon, et au moins pendant les premiers mois, vous aurez à nouveau du mal à négocier les ristournes sur vos frais bancaires…

Tout est bon à prendre…

Et en parlant de frais bancaires d’ailleurs, il semble que les tarifs pratiqués par les banques en ligne sur la question (frais nuls ou proches de zéro) aient influencé quelques banques qui calment un peu le jeu de ce côté-là.

Enfin, tout reste relatif. En effet, on en peut pas compte Groupama banque dans ce lot de banques ayant baissé ses frais bancaires de 100 %. La banque est reprise par Orange Bank qui change totalement de philosophie par rapport à Groupama Banque.

Dans les faits, seules 19 banques, sur le territoire Français, ne facturent toujours pas de frais de tenue de compte.

Et parmi elles, les banques en ligne et sept caisses de Crédit Agricole

Des frais bancaires qui continuent de grimper.

Pour le reste, les prix continuent de monter, inexorablement.

La justification ? Les taux sont trop bas.

Les marges sont faibles sur les crédits immobiliers.

Il faut se rattraper ailleurs.

Alors on le fait sur les frais de tenue de compte, sur le coût de la carte de crédit, sur les retraits dans des distributeurs de la concurrence, ou encore sur certains services, comme des envois de lettres ou autres.

Dans les faits, les tarifs des banques physiques ne cessent d’augmenter, ce pendant que ceux des banques en ligne ne bougent pas.

Je repense à la volonté farouche de grandes enseignes bancaires de limiter à son minimum relationnel l’empathie entre le conseiller en agence et son client.

Quand je pense que certaines personnes osent encore me dire qu’elles préfèrent payer des frais dans une agence physique, justement parce qu’elles y trouveront plus d’empathie qu’en ligne, je rigole.

C’est le même ordinateur qui gère votre compte, truffé de logiciels et d’algorithmes très proches. Seule l’interface change.

En agence, c’est un humain qui vous annonce les nouvelles… Et encore, seulement si vous vous déplacez pour aller le rencontrer…

Alors qu’en ligne, vous recevrez les informations par voie numérique, ou via votre télé-conseiller.

Mais en cas d’urgence, à votre avis, lequel des deux est le plus réactif ?

Dans les faits, il semble que la situation des banques physiques devienne de plus en plus difficile à justifier.

Et que la migration des clients vers les banques en ligne s’accélère encore davantage.

Et compte tenu des nouveautés technologiques permanentes, il de bonnes raisons de penser que les dernières agences physiques seront fermées d’ici à 50 ans, tout au plus.

Ou, si elles restent ouvertes, elles seront tenues par des robots, comme c’est déjà le cas dans certaines agences de la Bank Of America.

Quoi de neuf dans les banques en ligne ?

Mais puisque l’on évoque les nouveautés, et qu’il ne se passe rien l’été, en général, si on allait voir un peu ce qu’il se passe du côté des Fintechs.

En effet, la vague de créativité et de nouveaux jouets bancaires n’est pas encore prête à s’arrêter.

BlackFin Capital Partners vient de monter un nouveau fonds (son troisième), à hauteur de 100 millions d’Euros, et entièrement dédié aux Fintechs. Les start-ups lauréates de cette « bourse » pourront toutes prétendre à une enveloppe comprise entre 2 et 25 millions d’Euros.

Les deux premiers fonds avaient atteint un plafond de 220 et 400 millions d’Euros, et il est attendu que le dernier dépasse à court terme les 150 millions d’Euros.

Notons que les créateurs de Black Fin Capital Partners sont aussi ceux de Fortuneo.

Ils savent donc de quoi ils parlent lorsqu’ils décident de s’atteler au financement de la R&D chez les start-ups financières.

Mais la nouveauté de ce fonds, c’est qu’il interviendra désormais en amont, plus tôt dans la recherche.

Et qu’il se concentrera uniquement sur les découvertes en BtoB, c’est-à-dire sur des services aux entreprises ou aux institutions.

Le fonds n’investira pas dans un projet destiné aux particuliers.

Le but est non seulement d’accompagner le premier stade de développement, mais également d’aider l’entreprise à franchir les paliers jusqu’à l’échelle Continentale.

Attendez-vous donc à voir encore plus de nouveautés bancaires au service des entreprises, et notamment en direction des TPE.

Il se peut que dans les cartons se cachent d’autres Qonto et d’autres Monaize.

Apple Pay, Harvest, et autres subtilités technologiques.

A part ça, il n’y a pas grand-chose à dire.

Le Crédit Agricole permettra bientôt l’encaissement des chèques via smartphone.

Une photo, une appli dédiée capable de lire les éléments importants et le compte est crédité.

Toutefois, à la manière de ce que fait Monabanq depuis plusieurs années déjà, il ne faudra tout de même pas oublié d’adresser le chèque par courrier, signé au dos.

Dans les marronniers, on retrouve également Apple Pay.

Le Crédit Agricole, encore lui, se dit peut-être intéressé, d’ici à la fin de l’été (?).

Il rejoindrait ainsi les Banques Populaires, le Crédit Mutuels (Arkéa seulement !) et Fortuneo (d’ici fin décembre), et même Lydia et N26.

En effet, le géant Américain peine à séduire les grandes banques Françaises.

Elle attaque dès lors par un autre biais, celui des banques en ligne, voire des cartes bleues sans comptes bancaires. Lydia devient une néobanque. N26 en est déjà une, et grandit à une vitesse incroyable.

Orange Bank, dont le lancement a été repoussé à la rentrée, doit normalement arriver avec le système Apple Pay directement dans son offre.

Pour les passionnés, sachez que BforBank s’est équipée de Harvest pour gérer intégralement ses prêts immobiliers, de la simulation en ligne à la signature (également en ligne) du prêt.

Sinon, chez ING Direct, Boursorama Banque, Monabanq et Hello Bank, rien de neuf pour l’instant.

Mais attendons la rentrée. Les nouveautés bancaires germent en automne et fleurissent toujours en hiver.

On devrait donc trouver très bientôt Orange Bank, Fidor Bank (la banque en ligne du groupe BPCE), peut-être celle de la Banque Postale et des nouveautés chez les pures players, comme un prêt immobilier chez Monabanq ? En attendant.

Passez de bonnes vacances, et à bientôt pour des nouvelles vraiment neuves…

Laisser un commentaire

Note : Banquesenligne.org n’est pas une agence bancaire, un établissement de crédit ou encore une société d’assurance, nous n’assurons pas de Service Client. Les commentaires sont modérés, le spam et les commentaires à des fins promotionnelles seront systématiquement refusés.